Cérémonial d’État et funérailles

Le cérémonial d’État constitue l’ensemble des pratiques et du savoir-faire de l’État québécois en matière de planification, d’organisation et de tenue de cérémonies officielles ou publiques impliquant la participation du premier ministre ou d’un autre représentant du Gouvernement du Québec.

Le Protocole est responsable du cérémonial d’État et collabore à l’organisation de cérémonies officielles ou publiques comme les funérailles officielles, la cérémonie de prestation de serment du Conseil des ministres, les vœux à l’occasion de la fête nationale, la remise de l’Ordre national du Québec, la cérémonie de lecture du discours du budget, la signature d’ententes internationales, les cérémonies d’inauguration et de dévoilement, etc.

Au cours de ces cérémonies solennelles, le Protocole s’assure de la rigueur et de l’harmonie afin que le tout se déroule dans l’ordre et la dignité. Il est chargé d’inclure différents éléments relatifs à l’étiquette et à la préséance dans la coordination de l’événement. L’organisation de toute cérémonie publique doit être soigneusement préparée.

Funérailles officielles

Lorsqu’une personnalité québécoise décède, le Gouvernement du Québec peut souligner l’apport du défunt à la société québécoise en offrant de tenir des funérailles d’État ou des funérailles nationales. Il appartient toutefois à la famille et aux proches du défunt d’accepter ou non cette offre du gouvernement. Aussi, ils peuvent s’en tenir à des funérailles privées, auquel cas le Protocole n’est pas impliqué.

Les funérailles d’État ou nationales organisées par le Protocole, sont un reflet des choix et préférences des familles. En acceptant l’offre du gouvernement, la famille donne la possibilité à un grand nombre de Québécois de rendre hommage au défunt. La coordination de ces funérailles par le Protocole permet d’appuyer les familles en deuil dans l’organisation des cérémonies funèbres.

En cas de funérailles d’État notamment, le Protocole peut mettre en ligne un registre officiel de condoléances électronique afin de permettre aux citoyens d’exprimer leurs condoléances aux familles des défunts. C’est le gouvernement qui prend la décision d’ouvrir ou non un tel registre. Un registre papier peut également être mis à la disposition des citoyens, en chapelle ardente par exemple.

Funérailles d'État

Le cérémonial retenu est ce qui différencie les deux types de funérailles officielles. Le cérémonial le plus formel et le plus détaillé est celui des funérailles d’État, généralement réservées aux anciens premiers ministres et au président de l’Assemblée nationale.

Le cérémonial prévoit que la salle du Conseil législatif de l’hôtel du Parlement peut être retenue pour l’exposition en chapelle ardente de la dépouille. Le public peut s’y présenter pour rendre hommage au défunt et offrir ses condoléances à la famille. La mise en berne du drapeau du Québec se fait dès l’annonce du décès et dure jusqu’au crépuscule du jour des funérailles, pour tous les drapeaux visés par le Règlement sur le drapeau du Québec. Enfin, des agents de la Sûreté du Québec portent le cercueil, qui est recouvert du drapeau du Québec.

Funérailles nationales

Les funérailles nationales, quant à elles, sont réservées aux personnalités qui ont marqué notamment la vie politique, selon une décision du gouvernement.

Le cérémonial retenu pour les funérailles nationales est plus simple. Les drapeaux visés par le Règlement sur le drapeau du Québec sont mis en berne le jour des funérailles, de l’aube au crépuscule.

Funérailles civiques

Les funérailles civiques sont organisées par un groupe qui vient aider et soutenir la famille. Il peut s’agir d’une association à laquelle appartenait le défunt ou d’une collectivité très touchée par le décès. Par exemple, une association de policiers ou de pompiers peut vouloir rendre hommage de façon plus officielle à un de ses membres décédé dans l’exercice de ses fonctions. Une municipalité peut choisir d’honorer le décès de son maire, en exercice ou ancien, par l’organisation de funérailles civiques.

Bien que le gouvernement ne soit pas impliqué dans l’organisation des funérailles civiques, le Protocole peut être appelé à jouer un rôle-conseil auprès des organisateurs s’ils en expriment le souhait. Le Protocole facilite également la participation de représentants du Gouvernement du Québec qui souhaite assister aux funérailles. Il peut entrer en contact avec les organisateurs pour faciliter sa participation et convenir du moment où il pourra offrir ses condoléances à la famille.

Retour en haut de la page

Dernière mise à jour : 2017-09-06 15:28:41