Royaume du Maroc

Territoire du Maroc.

Le Maroc constitue un partenaire important pour le Québec en raison de l’ancienneté des liens bilatéraux, de coopération et d’immigration qui les unissent. Il figure régulièrement dans la liste des cinq principaux pays d’immigration au Québec, qui est la terre d’accueil d’une importante communauté d’origine marocaine, dont le nombre est estimé à 100 000 personnes.

Cinquième puissance économique du continent africain, le Maroc a adhéré à l’Organisation mondiale du commerce en 1995. Il a par la suite signé des accords de libre-échange avec l’Union européenne plus tard cette même année, puis avec les quatre pays de l’Association européenne de libre-échange en 1997. L’accord de libre-échange avec les États-Unis, signé en 2004, est le premier du genre négocié par Washington avec un pays d’Afrique.

Le Maroc a réintégré l’Union africaine le 30 janvier 2017. Cinq mois plus tard, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest a donné son accord de principe à la demande d’adhésion du Maroc, qui fait aussi partie de la Grande zone arabe de libre échange. Le Maroc abrite l’un des cinq bureaux de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique.

Ouverture prochaine d’une représentation du Québec

Le Gouvernement du Québec a exprimé sa volonté d’intensifier ses relations bilatérales avec le Maroc, notamment par l’ouverture d’une représentation québécoise à Rabat. Les discussions sont en cours avec les autorités marocaines en vue de la concrétisation de ce projet.

Le Maroc a adopté une stratégie globale et intégrée de développement, qui s’appuie sur des plans d’action élaborés pour de nombreux secteurs de l’économie. Ces plans concordent avec des priorités du Québec et peuvent profiter de l’expertise québécoise dans des secteurs tels que l’agroalimentaire, l’aéronautique (Bombardier a ouvert une usine au Maroc en 2013), l’éducation et l’enseignement supérieur, les énergies propres et renouvelables, l’entrepreneuriat, l’environnement, les infrastructures de transport, la science et l’innovation, ainsi que les technologies de l’information et de la communication.

Rappelons que lors de la 22e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CdP-22), dont les travaux se sont déroulés à Marrakech en novembre 2016, le Maroc a rendu publique l’Initiative AAA, ou l’Initiative d’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques.

Le Maroc a ratifié la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles le 4 juin 2013.

Dernière mise à jour : 2017-11-29 16:00:49