Relations politiques

Le Gouvernement du Québec assure un suivi politique auprès des institutions européennes depuis plus de 30 ans.

Il veille à développer et à maintenir des relations avec plusieurs des institutions de l'Union européenne tels :

  • la Commission européenne
  • le Parlement européen (PE)
  • le Comité des régions
  • le Comité économique et social.

En tant que capitale de l'Europe, Bruxelles accueille les représentations de tous les États membres et de leurs régions, de nombreuses organisations d'affaires et d'ONG, européennes et internationales, et plusieurs Think Tanks reconnus. La Délégation générale du Québec à Bruxelles profite donc de cette proximité et de cette effervescence.

Avantages de ces relations pour le Québec

Par les relations que le Québec entretient avec ces institutions, il peut faire entendre son point de vue et protéger ses intérêts qui pourraient être compromis par certaines politiques. Ce peut être le cas, par exemple, lorsque des normes européennes empêchent l'accès de produits québécois aux marchés des États membres.

Le développement de liens avec les institutions européennes permet un échange d'expertise avantageux pour le Québec, notamment dans ses champs de compétences suivants :

  • science et technologies
  • éducation et jeunesse
  • culture
  • secteur social.

Par ailleurs, le Gouvernement du Québec peut également mieux évaluer les occasions de coopération et favoriser ainsi sa participation aux Accords de coopération Union européenne-Canada.

La présence à Bruxelles permet aussi d'effectuer les représentations nécessaires à l'émergence de projets stratégiques pour le Québec comme ce fut le cas en 2009 pour la négociation d'un Accord économique et commercial entre le Canada et l'Union européenne.

Retour en haut de la page

Commission européenne

Les relations avec certaines directions générales de la Commission européenne permettent non seulement d'obtenir de l'information sur les dossiers d'intérêt, mais également de faire valoir les positions du Gouvernement du Québec.

Ces relations passent principalement à travers des rencontres entre la Délégation générale du Québec à Bruxelles et des fonctionnaires de la Commission européenne, mais également au niveau ministériel, par des rencontres entre représentants du Gouvernement du Québec avec des Commissaires européens.

Tel que mentionné précédemment, l'échange d'expertise est un élément important de la relation du Québec avec l'Union européenne. Conséquemment, il arrive régulièrement que des ministères ou organismes québécois veuillent en apprendre davantage sur les pratiques européennes dans un secteur ou un autre. Des rencontres sont donc organisées auprès d'interlocuteurs de la Commission européenne qui peuvent partager cette expertise. Dans le même sens, la Commission s'intéresse aussi à certaines pratiques québécoises, dans des domaines tel que :

  • l'intégration des immigrants
  • la protection des données
  • les services gouvernementaux en ligne.
Retour en haut de la page

Parlement européen

En plus d'entretenir des relations avec des députés et conseillers au Parlement européen (PE) afin de faire valoir les positions du Québec sur différents dossiers d'intérêts, un suivi des travaux de la Délégation du PE pour les relations avec le Canada, de même que ceux de certaines commissions parlementaires pertinentes (commerce international, environnement, industrie et recherche, éducation et culture, marché intérieur, emploi et affaires sociales) est assuré.

Une veille du processus législatif pouvant avoir un impact pour le Québec permet, s'il est nécessaire, de réagir en amont et d'être à l'affût des décisions.

Au niveau parlementaire, l'Assemblée nationale a elle aussi développé des relations avec le Parlement européen dont notamment avec sa Délégation pour les relations avec le Canada et certaines commissions parlementaires.

Retour en haut de la page

Le Comité des régions et le Comité économique et social de l'UE

Les relations avec le Comité des régions et le Comité économique et social de l'UE, permettent également de faire valoir les idées et positions du Québec. Par exemple, le Comité des régions s'est intéressé de près aux positions du Québec dans le dossier des changements climatiques, et particulièrement en ce qui concerne la reconnaissance du rôle des régions et États fédérés dans ce domaine.

Retour en haut de la page

Dernière mise à jour : 2017-03-17 15:07:42