Nos actions
1 avr. 2013

Mission à Paris du premier ministre Jean Charest

MM. Charest et Diouf à Paris (Photo : ©Patrick Lazic)

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a clôturé le 16 mars sa mission de trois jours à Paris par une conférence à l’Institut français des relations internationales (IFRI). Devant un parterre d’environ 200 personnes, il est intervenu sur le thème « Le Québec sur la scène internationale : enjeux et perspectives ».

M. Charest a expliqué les fondements des relations internationales du Québec et les actions que dirige le gouvernement sur la scène internationale en tant qu’État fédéré. Celles-ci sont axées sur le développement économique et la création de la richesse, dans un souci de rayonnement international et de pérennité des programmes sociaux du Québec. Le premier ministre a fait référence à la coopération décentralisée, qui a notamment mené le Québec à signer des plans d’action avec six régions françaises. Il a aussi parlé de l’implication du Québec dans la lutte aux changements climatiques, qui se manifeste entre autres par sa participation au Climate Group.

Rencontre avec Abdou Diouf

La mission de M. Charest l’a aussi amené à rencontrer le Secrétaire général de l’Organisation mondiale de la Francophonie, Abdou Diouf. Les deux hommes se sont entretenus sur le Forum mondial de la langue française, qui aura lieu à Québec du 2 au 6 juillet 2012. « Ce sera l’occasion de parler de la langue française dans un environnement différent de celui des sommets, a précisé M. Charest. Nous aborderons les domaines de la science et de la culture, mais aussi la présence de la langue française dans les organisations internationales. » M. Diouf l’a assuré, de son côté, qu’il sera présent du début à la fin de l’événement.

Représentation spéciale des Belles-sœurs

En soirée, le premier ministre a ensuite assisté à une représentation spéciale de Belles-sœurs, le spectacle musical, au Théâtre du Rond-Point de Paris, en présence d’un grand nombre de personnalités issues des milieux politique, économique et culturel du Québec et de la France. Lors de son allocution, M. Charest a témoigné de l’importance de la pièce de Michel Tremblay : « Dans la dramaturgie québécoise, il y a un avant et un après Les Belles-sœurs. » Traduite dans plus de 20 langues et présentée dans 25 pays depuis sa création en 1968, il s’agit de la pièce québécoise la plus jouée. Le spectacle, mis en scène par René Richard Cyr et dont la musique est composée par Daniel Bélanger, est présenté à Paris jusqu’au 7 avril, avec une distribution entièrement québécoise.

Délégation générale du Québec à Paris
Nos actions