Nos actions
25 oct. 2013

Collaboration Québec-Japon dans le secteur aéronautique

Claude-Yves Charron, délégué général du Québec à Tokyo; Philippe Bocher, professeur à l’ETS; Gary Goodyear, ministre d’État canadien en sciences et technologie; Fusahito Yoshida, doyen de la Faculté de génie à l’Université d’Hiroshima; et Kanji Fujiki, sous-ministre de l’Éducation, de la Culture, du Sport, des Sciences et de la Technologie du Japon.

L’École de technologie supérieure (ETS) – institution affiliée au réseau de l’Université du Québec – a signé, en présence du délégué général du Québec à Tokyo, Claude-Yves Charron, une entente de partenariat avec l’Université d’Hiroshima. Cet accord facilitera, par exemple, le développement de techniques plus performantes dans la construction des avions.

La signature a eu lieu lors du Forum Canada-Japon, portant sur trois grappes technologiques, soit :

  • l’aéronautique
  • les technologies de l’information
  • les biotechnologies

La présence québécoise à cet événement d’envergure était assurée par une douzaine de représentants d’universités, d’instituts de recherche et de compagnies québécoises dont la participation a été soutenue, entre autres, par la Délégation générale du Québec à Tokyo.

Selon Philippe Bocher, professeur à l’ETS, l’entente signée avec l’Université d’Hiroshima permettra de maximiser les forces des deux institutions. En effet, l’ETS excelle dans la modélisation de nouveaux produits et travaille étroitement avec le secteur privé. Quant à l’Université d’Hiroshima, elle est spécialisée en recherche appliquée et dispose de bancs d’essai pour réaliser des tests de résistance de nouveaux produits. Grâce à ce partenariat, il sera possible aux étudiants de l’ETS d’effectuer des stages à l’Université d’Hiroshima.

Engouement pour le modèle québécois

A l’issue de ce forum, soulignons l’intérêt manifesté par les Japonais pour certains modèles de collaboration dans le secteur de la recherche et développement au Québec. C’est le cas notamment pour le rôle du Consortium de recherche et d’innovation en aérospatiale du Québec (CRIAQ). L’approche québécoise préconise une formule souple permettant la réalisation de projets de recherche conjoints entre les universités et les instituts de recherche, le secteur industriel et le milieu gouvernemental.

Notons que l’un des mandats économiques de la DGQT est de soutenir le développement d’alliances et de transferts en sciences et technologie au Japon pour le compte des entreprises et des institutions de recherche québécoises (universités et centres).

Délégation générale du Québec à Tokyo
Relations Québec-Japon
École de technologie supérieure

Nos actions