Nos actions
29 oct. 2012

Le Québec réaffirme l'importance de ses liens avec la Bavière

La première ministre Pauline Marois en compagnie du vice-ministre-président de l'État de Bavière Martin Zeil (photo gouvernement du Québec)

La première ministre Pauline Marois rencontrait à Québec, le 24 octobre, le vice-ministre-président de l'État de Bavière et ministre d'État de l'Économie, des Infrastructures, des Transports et de la Technologie, Martin Zeil.

Le ministre Zeil était en mission au Québec accompagné d’environ trente-cinq représentants des milieux scientifique et des affaires, afin d’explorer les possibilités de partenariats d’affaires et de recherche scientifique découlant du développement du Grand-Nord québécois et de projets d’infrastructures.

La délégation a, entre autres, participé à un salon commercial sur les véhicules électriques, EV 2012 VÉ. Le ministre Zeil a pris la parole lors de la séance d'ouverture conjointement avec le ministre de l'Économie, du Travail et des Transports de Saxe, Sven Morlok, également en visite au Québec.

Un partenariat fort et dynamique

La coopération entre le Québec et la Bavière figure parmi les plus importantes dans les relations internationales du Québec. On n'a qu'à penser aux secteurs de l'aéronautique, la biotechnologie, de la santé, de l'optique photonique ou de l'environnement. De plus, les nombreux projets réalisés en lien avec le Groupe de travail sur la coopération Québec-Bavière (GTQB) sont des exemples éloquents du dynamisme de leurs relations. Le Québec est même associé à la Bavière et à la Saxe, comme partenaire international du projet Vitrines régionales en électromobilité visant à soutenir le développement de ce secteur en Allemagne.

De nouvelles occasions d'affaires

Le ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur, Jean-François Lisée, s'est aussi entretenu avec le ministre de Bavière tout comme la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet. Ils ont tous deux réaffirmé l'importance du développement du Nord-du-Québec en assurant un développement durable et des perspectives profitables autant aux Québécois, qu'aux populations locales et aux partenaires internationaux.

Les entreprises bavaroises ont aussi participé à plusieurs rencontres d'affaires et visites d’installations à Montréal et à Québec, mais aussi à Sept-Îles, pour discuter de partenariats éventuels, notamment les suivantes :

  • Centre d’études nordiques de l'Université Laval
  • Aluminerie Alouette
  • PCO Innovation
  • Groupe Dessau
  • Terminal La Relance
  • Rio Tinto Iron Ore
  • Association du développement économique de Sept-Îles
  • Hydro-Québec

Quelques chiffres...

Le gouvernement du Québec entretient, depuis le début des années 1980, une coopération politique, institutionnelle et économique soutenue avec la Bavière. Au total, près d’une cinquantaine de projets de coopération ont été retenus lors du GTQB en 2012, ce qui porte leur total, depuis 1989, à plus de 500.

En 2011, les échanges commerciaux entre le Québec et l’Allemagne représentaient 5,6 G$. Au niveau mondial, l’Allemagne était le 4e partenaire commercial du Québec, derrière les États-Unis, la Chine et le Royaume-Uni.

L’Allemagne était aussi le 3e client du Québec (exportation de produits québécois), avec plus de 1,5 G$. Sur le territoire européen, elle est le plus grand acheteur des produits québécois.

Daniel Curio, directeur de la Représentation de l'État de Bavière au Québec; Thorsten Glauber, membre de la Commission d'économie, des infrastructures, des transports et de la technologie; Martin Zeil; Pauline Marois; Thomas Hacker, président de Fraction au Landtag bavarois; et Charles Villiers, délégué général du Québec à Munich (photo gouvernement du Québec)


Relations Québec-Allemagne
Groupe de travail Québec-Bavière
Conférence sur les véhicules électriques - EV 2012 VÉ

Nos actions