Nos actions
29 avr. 2013

Maladies neurodégénératives : le Québec et la France font équipe

(Photo : Laboratoire d’Imagerie de la Connectivité de Sherbrooke)

L’Université de Sherbrooke et le Laboratoire XLIM-Signal, Image et Communications (SIC) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), rattaché à l’Université de Poitiers, ont conçu un outil qui permet aux neurologues une meilleure interprétation des données concernant les patients atteints de maladies neurodégénératives.

Ce projet a été réalisé grâce au soutien du Programme Samuel-De Champlain dans le cadre de la Commission permanente de coopération franco-québécoise.

Le coordonnateur québécois du projet, Maxime Descoteaux, du Département d’informatique de l’Université de Sherbrooke, a pu présenter les fruits de cette collaboration franco-québécoise devant les premiers ministres du Québec et de France, réunis en séance de travail à l’Assemblée nationale en mars dernier à l’occasion de la 17e Rencontre alternée. Le projet a aussi été présenté par son coordonnateur français, Christophe Charrier, de l’Université de Poitiers, lors de la 64e session de la Commission permanente de coopération franco-québécoise.

Le cerveau est composé d’un enchevêtrement de réseaux de fibres d’une très grande complexité. Il est donc difficile de comprendre exactement de quelle façon les maladies neurodégénératives, comme l’Alzheimer, le Parkinson et la maladie d’Huntington, qui touchent de plus en plus nos sociétés, endommagent le cerveau. À ce jour, l’imagerie par résonance magnétique de diffusion est la seule technique non invasive, c’est-à-dire ne pénétrant pas la peau, qui permet d’étudier l’architecture neuronale du cerveau humain pour tenter de mieux comprendre les conséquences cérébrales dans ces cas de maladie.

L’outil développé par l’équipe franco-québécoise a été testé et est maintenant utilisé sur des patients atteints de troubles cognitifs dans le cadre d’une étude dirigée par le neurologue Christian Bocti de l’Université de Sherbrooke.

En outre, l’équipe franco-québécoise a créé un logiciel d’analyse et de classification d’images de diffusion utilisé par des neurologues et des médecins résidents et a brillé à l’international en présentant une découverte d’algorithme lors de la conférence internationale sur le traitement d’images à Tsukuba, au Japon, en novembre 2012. Leur présentation a été retenue avec les compliments des arbitres sur son caractère original et son potentiel de fort impact.

Relations Québec-France
Coopération franco-québécoise
Nos actions