Nos actions
31 janv. 2014

Pauline Marois devant le CORIM : «Le Québec est prêt pour la relance mondiale»

«Nous continuerons de multiplier les missions commerciales sur tous les continents, appuyés par les 28 représentations de notre réseau à l'étranger, dont le dynamisme est inversement proportionnel à la taille», a déclaré Mme Marois.

La Première ministre, Pauline Marois, a prononcé hier un discours devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), sous le thème : QUÉBEC PRÊT POUR LA RELANCE MONDIALE.

L’allocution de la première ministre, qui s’inscrivait dans le cadre de la série Politique, lançait la 30e année d’activités du CORIM.

Mme Marois y a présenté les grandes lignes de la vision économique de son gouvernement. «L’automne dernier, nous avons présenté une politique économique très ambitieuse, volontariste. Elle contribuera à créer 115 000 nouveaux emplois et va entraîner 7,6 milliards en investissements d’ici trois ans », a soutenu Mme Marois.

«Je suis convaincue que le Québec est prêt pour la relance mondiale», a enchaîné Mme Marois.

«Pour y parvenir, il faudra compter sur notre métropole. Vaisseau amiral de notre économie, cité universitaire de haut savoir et d’innovation, espace de création, et ville hôte du corps consulaire et d’organisations internationales prestigieuses : le succès de Montréal et celui de tout le Québec sont intimement liés. Il y a par contre une nécessité : celle de s’assurer que cette reprise s’accompagne d’une forte création d’emplois», a-t-elle ajouté.

Mme Marois a présenté la Stratégie d’électrification des transports comme le « nouveau créneau d’excellence que le Québec doit s’approprier (…) Avec ce projet visionnaire, on va s’enrichir et créer des emplois chez nous. On va remplacer le pétrole importé par une énergie propre, produite au Québec. Cela nous permettra aussi de nous rapprocher de l’indépendance énergétique.»

«Qu’il s’agisse de création d’emplois, de productivité, d’innovation, de notre déficit commercial ou de l’état de nos finances publiques, beaucoup de travail nous attend. Mais, devant l’ampleur de la tâche, nous ne devons pas baisser les bras. Nous devons nous mobiliser. Rien ne justifie les discours négatifs », a conclu Mme Marois.

Allocution de la première ministre
CORIM




Nos actions