Nos actions
1 avr. 2015

Le Québec se joint à 26 États infranationaux et gouvernements régionaux pour poursuivre la lutte contre les changements climatiques

Le premier ministre, Philippe Couillard, le président du Pays basque, Iñigo Urkullu, et le premier ministre de l'Australie du Sud, Jay Weatherill, coprésidents de l’Alliance des États fédérés et des régions du Climate Group, qui regroupe 27 États infranationaux et gouvernements régionaux, font aujourd’hui paraître une lettre appelant à poursuivre les efforts dans la lutte contre les changements climatiques.

«Un nouvel accord visant à lutter contre les changements climatiques prend forme. Les États-Unis se joignent à l’Union européenne en soumettant officiellement leur plan de réduction de leurs émissions des gaz à effets de serre (GES) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Les États-Unis lancent ainsi un signal fort en étant parmi les premiers à soumettre cet engagement concret pour le climat. Dans les jours à venir, de nombreux autres pays, dont la Chine et l'Inde, devraient eux aussi dévoiler leur plan», écrivent les coprésidents.

«Aujourd'hui, nous, coprésidents de l’Alliance des États fédérés et des régions du Climate Group, appelons les dirigeants des gouvernements nationaux à se joindre à cet effort avec des plans ambitieux pour le climat. Nous lançons cet appel à nos chefs de gouvernement parce que nous croyons que c’est ce qui est juste, et parce que nous savons que cela est possible», poursuivent-ils.

Un passage important de la lettre concerne la mise en œuvre du marché du carbone, l’outil privilégié du Québec dans cette lutte planétaire :

«Un marché du carbone couvrant 85 % des émissions de GES est au centre de la stratégie du gouvernement du Québec pour la lutte contre les changements climatiques. Le 1er janvier 2014, Québec a lié son marché du carbone avec celui de la Californie, créant ainsi le plus grand marché du carbone régional en Amérique du Nord. Tous les revenus générés par la vente d'unités d'émission de GES québécoises vont dans le Fonds vert du gouvernement du Québec et sont réinvestis dans des initiatives visant à réduire les émissions de GES et à aider la société québécoise à s'adapter aux effets des changements climatiques. Québec investira plus de 3,3 milliards de dollars à cette fin d'ici 2020, contribuant ainsi à la relance de son économie.»

Consultez la lettre dans son intégralité sur le site du premier ministre


Nos actions