Nos actions
21 oct. 2015

La secrétaire générale de l’OACI en visite à Québec

Le premier ministre, Philippe Couillard et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, ont rencontré hier Mme Fang Liu, secrétaire générale de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), qui effectuait une première visite officielle au Québec à titre de nouvelle secrétaire générale.

Cette visite a été l’occasion pour le Gouvernement du Québec de rappeler le privilège des Montréalais et des Québécois d’accueillir sur leur territoire cette grande organisation onusienne qui engendre d’importantes retombées en termes d’emplois et de rayonnement.

Le Conseil de l’OACI a nommé Mme Liu, originaire de Chine, au poste de secrétaire générale de l’Organisation le 11 mars 2015. Elle succédait alors à M. Raymond Benjamin, qui a accompli deux mandats consécutifs depuis sa nomination en 2009. Elle est devenue la première femme nommée à ce prestigieux poste international.

À propos de l’OACI

L’OACI est une institution spécialisée des Nations Unies. De concert avec près de 200 États et les organisations mondiales du secteur aéronautique, l’OACI établit des normes et des pratiques recommandées qui permettent au réseau de transport aérien d’exploiter plus de 100 000 vols par jour, en toute sécurité et avec efficacité dans toutes les régions de la planète.

L’OACI, fondée en 1944 et installée à Montréal depuis 1947, est au cœur de l’écosystème qui s’est développé à Montréal dans le secteur de l’aérospatial, dans lequel nous retrouvons pas moins de neuf autres organisations internationales du secteur, des multinationales de premier plan, une multitude de petites et moyennes entreprises (PME) québécoises, de même que des centres de recherche spécialisés qui contribuent à faire avancer l’industrie avec leur créativité et leur capacité d’innovation. Si bien qu’aujourd’hui, Montréal est considérée comme la capitale mondiale de l’aviation civile.

Outre le fait qu’elle est l’une des rares organisations onusiennes sur le territoire québécois, l'Organisation emploie plus de 500 personnes, auxquelles s’ajoute une centaine de personnes qui travaillent au sein des représentations permanentes des États membres, et génère des retombées économiques estimées à 108 M$ annuellement.
Nos actions