Nos actions
17 mai 2010

Économie : le Québec doit se tourner davantage vers l’Asie de l’Est

Le ministre Arcand en compagnie du maire de Shanghai, Han Zheng, et du maire de Montréal, Gérald Tremblay.

De retour d’une mission qui l’a mené en Corée du Sud et en Chine, du 9 au 14 mai, le ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Pierre Arcand, croit qu’il faut continuer à être présent en Asie de l’Est. Il est nécessaire de positionner les entreprises et institutions du Québec tandis que ces pays connaissent une croissance soutenue et s’ouvrent de plus en plus aux marchés internationaux.

République de Corée

« La mission en Corée du Sud m’a permis de cibler les domaines prometteurs pour le Québec. La République de Corée fait partie de la grande économie intégrée de l’Asie, qui comprend également le Japon et la Chine. Je suis convaincu qu’il faut renforcer nos relations avec ce pays qui démontre un dynamisme remarquable sur les plans économique, technologique et culturel », a déclaré le ministre Arcand.

L’objectif principal de cette mission était de positionner le Québec dans ce marché en pleine croissance qui s’ouvre au reste du monde. « Bien entendu, développer nos relations est un travail de longue haleine, mais l’intérêt de la communauté d’affaires et des autorités coréennes est déjà manifeste. J’ai pu le constater lors de mes rencontres avec des investisseurs potentiels. Aujourd’hui, la Corée du Sud investit davantage dans des marchés extérieurs non traditionnels, et le Québec est un partenaire intéressant à bien des égards, notamment parce que nous sommes une porte d’entrée stratégique en Amérique du Nord et que nous avons des ressources naturelles abondantes », a ajouté le ministre Arcand.

Deux ententes de coopération en éducation ont été signées en cours de mission par l’Université de Montréal. La première avec la Seoul National University et la seconde avec l’Université Hankuk des études étrangères. Ces ententes, qui visent à augmenter les capacités de recherche et de formation des institutions signataires et à promouvoir les échanges d’étudiants et de professeurs, confirment la valeur de l’offre éducative québécoise. Elles ouvrent la voie à une coopération plus large, notamment sur le plan de la formation linguistique.

Chine

Au cours de la mission en Chine, le ministre s’est notamment entretenu avec le maire de Shanghai, le DG de la Commission de l’éducation de Shanghai ainsi que le DG du bureau des Affaires étrangères de Shanghai. Des pistes concrètes de collaborations ont été évaluées afin de stimuler les échanges dans une gamme de secteurs couvrant notamment le commerce, les sciences et technologies, l’éducation, la formation ainsi que la culture.

Le vendredi 14 mai, le ministre s’est joint au maire Tremblay pour l’ouverture officielle de l’Espace Montréal dans la zone réservée aux meilleures pratiques urbaines à l’Exposition universelle de Shanghai, où quelque 70 millions de visiteurs sont attendus.

« Il s’agit d’une occasion unique de montrer au reste du monde que le Québec compte sur un savoir-faire et une industrie des technologies vertes de classe internationale. La présence du Québec, par l’entremise de la ville de Montréal, est également une façon de faire découvrir le Québec à la population chinoise. D’ailleurs, le Canada a récemment été reconnu comme une destination autorisée par la Chine, ce qui nous permet de faire connaître le Québec à un grand bassin de touristes potentiels », a précisé Pierre Arcand.

La Chine est l’un des pays prioritaires de la politique internationale du Québec. L’action québécoise en Chine vise la promotion du commerce et de l’investissement et met l’accent sur les échanges dans les secteurs de l’éducation, des sciences et des technologies. D’ailleurs, la Chine est un marché où les produits culturels québécois gagnent du terrain, ce qui contribue grandement à la promotion de l’identité, de la langue et de l’industrie culturelle du Québec.

Antenne du Québec à Séoul
Bureau du Québec à Shanghai
Nos actions