Nos actions
6 déc. 2011

Le Québec prend part à la 27e Conférence ministérielle de la Francophonie

<div id="agrandir" style="cursor:hand;" onclick="popup.open('http://www.mri.gouv.qc.ca/PDF/actualites/CMF-photos-029_500.jpg')">Agrandir la photo</div> Michel Robitaille, représentant personnel du premier ministre auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie, lors de sa prise de parole.

La 27e Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF) s’est déroulée les 1er et 2 décembre derniers à Paris. Deuxième instance en importance de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la CMF est composée des ministres des Affaires étrangères ou des ministres chargés de la Francophonie des États et gouvernements membres. Elle a pour mission de veiller à l’exécution des décisions arrêtées lors du dernier Sommet et de préparer le suivant. Cette année, le Québec y était représenté par Michel Robitaille, représentant personnel du premier ministre auprès de l’organisation.

Seule organisation multilatérale dont il est membre à part entière, l’OIF offre au Québec l’occasion de faire valoir ses positions, de défendre ses intérêts et de promouvoir sa culture et son identité auprès des hauts dirigeants et des représentants de plus du tiers des pays membres des Nations Unies. En effet, l’organisation compte maintenant 56 États et gouvernements membres ainsi que 19 États observateurs. Presque tous étaient représentés lors de cette dernière conférence.

Lors de sa prise de parole, le représentant personnel du premier ministre a notamment salué les développements démocratiques en Tunisie et en Égypte, dans la foulée du « printemps arabe », rappelé l’engagement québécois envers Haïti, pays prioritaire de la solidarité francophone, et réitéré l’importance qu’accorde le Québec à la promotion de la langue française sur la scène internationale. À cet égard, M. Robitaille a affirmé aux ministres et hauts dignitaires présents que : « La place et le rayonnement du français dans le nouvel équilibre linguistique mondial sont indissociables de sa présence dans les différentes sphères de la vie sociale, culturelle, politique et économique de nos États et gouvernements. »

La CMF a aussi été l’occasion de la passation des pouvoirs entre le gouvernement de la Confédération suisse, organisatrice du Sommet de Montreux, au gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC), qui accueillera le prochain Sommet, du 12 au 14 octobre 2012, à Kinshasa. Le gouvernement congolais a d’ailleurs fait connaître le thème de ce XIVe sommet des pays ayant le français en partage : « Francophonie, enjeux environnementaux et économiques face à la gouvernance mondiale.»

Rappelons que la participation du Québec aux travaux et à la gouvernance de l’Organisation internationale de la Francophonie constitue un levier politique qui lui permet d’avoir une influence sur nombre d’enjeux internationaux.

Participation du Québec aux travaux de l’OIF
Organisation internationale de la Francophonie
Nos actions