Assemblée générale annuelle du Conseil d’affaires Canada-Chine, à Beijing

Allocution d’ouverture de l’assemblée générale annuelle du Conseil d’affaires Canada-Chine (CACC) par le ministre des Relations internationales et de la Francophonie, M. Jean-François Lisée.

Merci beaucoup pour cette invitation, Monsieur le Président Harder, John Baird, cher ami. J'aimerais souligner la présence de M. Jean Charest, l’ancien premier ministre du Québec. Voulez-vous vous lever, Monsieur Charest ?

Leurs Excellences, ambassadeurs en Chine et au Canada.

Il y a une semaine, les membres de l'Assemblée nationale du Québec ont observé ensemble une minute de silence à la mémoire de Paul Desmarais. Comme les autres membres de notre famille politique, nous sommes en désaccord avec certaines idées de M. Desmarais concernant l'avenir du Québec. Mais nous nous entendons tous pour dire qu'il est un des plus grands bâtisseurs de l'économie du Québec, et un des promoteurs les plus ardents des relations entre la Chine, le Canada et le Québec. Nous avons une dette envers lui.

Le grand bâtisseur est mort dans sa somptueuse résidence de Charlevoix, une région du Québec qu'il adorait. Je suis sûr qu'il aurait aimé être parmi nous aujourd'hui et reconnaître avec nous que le Conseil d'affaires Canada-Chine, qu'il a fondé il y a 35 ans en véritable visionnaire, jouit d'une portée et d'un dynamisme aussi grands, voire supérieurs, qu'à l'époque où il a eu son idée de génie dans les années 1970.

Je suis persuadé qu'il se réjouirait de voir 80 représentants de 50 entreprises accompagner non pas le premier ministre mais un simple ministre, dans le cadre d'une mission dans quatre villes chinoises. Il se réjouirait de voir que la soif des relations avec la Chine, qu'il a été un des premiers à avoir, a gagné toutes les sphères de la société québécoise, des entreprises aux institutions, en passant par la société civile.

Je suis donc honoré de participer à cette assemblée générale. Notre participation à des discussions de haut niveau comme celle-ci est une excellente occasion de présenter le Québec comme un lieu avant-gardiste où l'économie, l'éducation, la culture et surtout le développement durable jouent un rôle crucial dans la création d'un environnement économique et social prospère.

John Baird a parlé de l'histoire de la consolidation de la relation sino-canadienne. Puisque ce sont les citoyens québécois qui m'ont élu, permettez-moi de mettre en valeur la dimension québécoise de cette relation. C'est un Québécois, Norman Bethune, qui a consacré sa vie à la création de liens étroits entre la Chine et le Québec qui ont marqué leur histoire mutuelle.

C'est un Québécois, le premier ministre du Canada Pierre Trudeau, qui a décidé en 1970 qu'il était temps de reconnaître la Chine comme un des grands décideurs de la planète. Il a devancé les États-Unis en déclarant : « La Chine doit siéger à la table des grandes nations. »

C'est un Québécois, le premier ministre du Québec René Lévesque, qui a été le premier des premiers ministres provinciaux à se rendre en Chine, en 1984.

C'est un Québécois, Pierre Bourque, qui a jeté les bases d'un des jumelages de villes les plus fructueux du monde : le jumelage de Shanghai et Montréal.

C'est un Québécois, le premier ministre du Québec Lucien Bouchard qui, en 1997, a redonné un nouveau souffle à la relation entre le Québec et la Chine, en venant ici à la tête d'une délégation très nombreuse. Je crois que nous étions 125. À titre de conseiller de M. Bouchard, j'ai participé à la délégation. C'est à la fin de son séjour en Chine qu'il a décidé d'ouvrir les premiers bureaux du Québec en Chine, à Beijing et Shanghai, dont nous célébrons cette semaine le 15e anniversaire.

Bien sûr, Paul Desmarais, un Québécois, a ouvert la voie en Chine de façon remarquable aux entreprises québécoises et canadiennes. Sans oublier Bombardier, fleuron de l'économie québécoise qui se classe parmi les entreprises étrangères les plus présentes en Chine, tant dans le ferroviaire que l'aérospatiale. Je sais que dans les prochains jours, le gouverneur général annoncera de nouveaux contrats entre la Chine et Bombardier. Le nouveau CSeries, à la fine pointe de l'aérospatiale et de l'aéronautique, est fabriqué à la fois en Chine et au Québec.

Nous prenons les devants en devenant la province canadienne la plus active et la plus présente en Chine. À la faveur d'une entente avec une région de France, nous disposons maintenant de cinq bureaux en Chine au service de nos petites et moyennes entreprises qui peuvent se montrer réticentes à l'idée de dépenser des sommes importantes et de courir des risques élevés en venant sur le territoire chinois. Les bureaux leur disent : « Nous mettrons sur pied un bureau pour vous. Nous mettrons à votre disposition des téléphones, des ordinateurs, des adjoints administratifs et un consultant dont nous nous porterons garants. Venez y travailler trois ou six mois, ou même un an, pour étudier le terrain, puis poursuivez vos activités comme vous le souhaitez ou revenez plus tard tenter à nouveau votre chance. » Les bureaux sont maintenant ouverts à Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong.

En envisageant l'avenir des relations sino-québécoises, on ne peut que remarquer la grande compatibilité entre d'une part l'expérience et l'expertise du Québec, et d'autre part les priorités mises de l'avant par le nouveau leadership chinois.

Parlons d'abord des initiatives environnementales : la construction verte est un des domaines d'excellence du Québec. Chefs de file dans les technologies vertes, nous privilégions le bois comme matériau à faible consommation d'énergie pour la construction d'immeubles de logement comptant jusqu'à six étages. Nous sommes d'avis que le bois n'appartient pas au passé, mais bien à l'avenir du logement. Nous voulons prouver son efficacité, même dans un climat rigoureux. Nous sommes des experts en Amérique du Nord, en ce qui concerne les rigueurs du climat.

En matière d'électrification des transports, nous savons que les dirigeants chinois sont très sensibles à la réduction de la pollution en zone urbaine, pour des raisons évidentes.

Québec est en passe de devenir un des trois chefs de file mondiaux en matière d'électrification des transports, tant en ce qui a trait au transport public que privé. Ce mois-ci, la première ministre Pauline Marois dévoile un programme ambitieux et de vaste envergure pour mettre en lien les entreprises déjà à la fine pointe de la fabrication de batteries, de moteurs et d'autres composantes. L'objectif est de faire du Québec une plaque tournante de la fabrication de véhicules de l'avenir. Nous sommes d'ailleurs à la recherche d'un fabricant automobile prêt à faire du Québec son ancrage en Amérique du Nord, en utilisant des composantes québécoises dans la fabrication des voitures de l'avenir.

Certains Chinois ici présents ont manifesté un intérêt. Je vous transmettrai sous peu mes coordonnées.

En matière de technologie, comme chacun sait, Montréal est un chef de file mondial dans les jeux vidéo. Les Québécois comme les Chinois adorent jouer. Qui plus est, nous savons jouer et nous devenons des joueurs de plus en plus redoutables.

Nous sommes des chefs de file en matière d'effets spéciaux. Lorsque le Titanic coule, qu'un aéronef s'écrase contre l'immeuble Chrysler à New York ou que les Spartiates croisent le fer avec les Perses dans l'antiquité, tout se déroule en fait dans des studios de Montréal.

Nous avons donc hâte de démolir certains de vos immeubles dans des films chinois qui sortiront prochainement dans vos salles.

En matière de biotechnologies, nous développons présentement une expertise spéciale dans ce qu'on appelle la médecine personnalisée, qui puise dans les connaissances génétiques pour offrir un traitement personnalisé aux patients. Cela permet une réduction des coûts et une augmentation de l'efficacité du traitement. Montréal est un chef de file dans ce domaine.

Au cours des dernières années, vous avez sans doute entendu M. Charest vanter les mérites du Nord du Québec. Il avait parfaitement raison. Le Nord du Québec représente l'avenir du Québec. Nous savons que bon nombre d'entreprises chinoises sont intéressées à aller au Québec pour participer au développement du Nord du Québec.

Nous savons que dans l'industrie minière, la stabilité et la prévisibilité sont fondamentales. Au début de l'année, nous avons révisé notre structure des redevances. Nous peaufinons présentement une loi sur les mines qui fournira un cadre moderne et progressif pour les décennies à venir.

La semaine dernière, la première ministre du Québec annonçait qu'une nouvelle liaison ferroviaire vers la portion du Labrador riche en minéraux sera construite grâce à un partenariat public-privé.

Un nouvel aéroport verra aussi le jour aux monts Otish dans un avenir très proche.

Au cours de la première année de notre mandat, nous avons annoncé ou réalisé des investissements atteignant un milliard de dollars en infrastructure dans les communautés nordiques.

Je tiens à préciser que la relation entre le Québec et sa population autochtone est sans doute la plus pacifique, respectueuse et pragmatique qu'on puisse trouver dans le monde.

Cette semaine, avec la délégation, j'ai visité Jinan, la capitale du Shandong, avec lequel le Québec a signé une entente unique en 2008. Nous avons eu le privilège de rencontrer le vice-gouverneur de la province et de l'entendre dire qu'il souhaite accélérer le processus afin de stimuler une nouvelle génération de participation, d'investissement et d'échanges entre les deux provinces.

Nous étions à Beijing pour rencontrer des dirigeants chinois au 18e congrès national et au 12e congrès national du peuple, pour consolider nos relations et pour stimuler de nouveaux partenariats économiques. Je me rendrai aussi à Shanghai pour rencontrer les autorités municipales, avec lesquelles les villes de Montréal et Québec ont des ententes. Nous mettrons en valeur la mode et le design du Québec. Jeudi soir aura lieu un défilé de mode, au cours duquel nous montrerons au gratin de Shanghai certaines des créations les plus raffinées de Montréal.

Notre mission en Chine est la deuxième effectuée par un ministre du Québec au cours des 12 mois suivant notre élection. La première a été menée par le vice-premier ministre en novembre dernier, deux mois seulement après l'élection.

Ce n'est pas par hasard que la Chine se classe maintenant au deuxième rang de nos partenaires commerciaux, après les États-Unis bien sûr, mais devant la France et le Royaume-Uni, qui ont longtemps été nos deuxièmes partenaires commerciaux.

La semaine dernière, nous avons été très heureux d'apprendre que la Banque de Chine ouvrira une succursale à Montréal. En 2011, le gouvernement chinois a eu l'excellente idée d'ouvrir un consulat général à Montréal, où 25 diplomates démontrent autant d'ardeur que de compétence. Nous sommes ravis de la relation que nous avons su construire en si peu de temps.

Il ne manque plus qu'un outil pour garantir le succès des relations entre la Chine et le Québec : un vol direct entre Beijing et Montréal. Au cours des dernières semaines, nous avons rencontré des représentants d'Air China et d'Air Canada. Hier, nous avons discuté avec Air China. Nous savons que nous bénéficions du soutien du gouvernement fédéral ainsi que des autorités chinoises pour obtenir le succès escompté. Nous avons hâte, Son Excellence, d'embarquer à bord du premier vol Montréal-Beijing ou du premier vol retour, à votre convenance, mais une chose est sûre : nous avons très hâte !

En conclusion, je veux rappeler que la relation entre le Québec et la Chine en est une ancrée dans le passé. J'ai parlé tout à l'heure de Norman Bethune. Au cours de la Révolution il y a 65 ans... 60 ans, 65 ans... il y a combien d'années ? En 49, la plus nombreuse des délégations étrangères d'expatriés en Chine se composait de Québécois, séminaristes et jésuites. Le gouvernement de Mao les a invités à séjourner ici pour qu'ils puissent instruire les premières générations de cadres de la république de Chine.

Nous avons pris part à la création du grand pays qu'est aujourd'hui la Chine.

Nous voulons maintenant prendre part à son avenir.

Merci beaucoup !

Retour à la liste