Québec donne son appui à la ratification du Protocole de Cartagena sur les risques biotechnologiques

QUÉBEC, le 27 mai 2005 - Le gouvernement du Québec a décidé aujourd'hui de donner son appui à la ratification, par le Canada, du Protocole de Cartagena sur les risques biotechnologiques relatif à la Convention sur la diversité biologique.

A la veille de la 2e Réunion des Parties au Protocole de Cartagena, qui se tiendra à Montréal du 30 mai au 3 juin 2005, la ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Mme Monique Gagnon-Tremblay, a souligné que « le Québec attache beaucoup d'importance à l'intégrité de la biodiversité qui est à la base de plusieurs de ses activités économiques. C'est pourquoi le gouvernement s'est également déclaré prêt à être lié au Protocole de Cartagena dans ses champs de compétences constitutionnelles ». Cette déclaration entrera en vigueur après que le Canada aura ratifié le Protocole de Cartagena.

« Aujourd'hui, nous voulons réaffirmer, tel qu'il est indiqué dans notre document d'orientation gouvernemental « Briller parmi les meilleurs » et dans le projet de « Plan de développement durable du Québec », que la question des OGM est importante pour le Québec et que le Protocole de Cartagena constitue un des outils majeurs pour favoriser le contrôle sécuritaire de la circulation et de l'utilisation de ces produits », a pour sa part déclaré le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs et leader adjoint du gouvernement, M. Thomas J. Mulcair.

Le gouvernement du Québec répond ainsi aux demandes formulées par les représentantes et les représentants des milieux concernés au Québec et encourage le gouvernement fédéral à ratifier et à mettre en oeuvre le Protocole de Cartagena.

L'objectif de ce protocole est de contribuer à régir les mouvements transfrontières, le transit, la manipulation et l'utilisation de tout organisme vivant modifié (OVM), que l'on connaît aussi sous le nom de OGM, qui pourrait avoir des effets défavorables sur la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique, compte tenu également des risques pour la santé humaine.

Les engagements du Québec ont été exprimés dès la première heure au moment où la communauté internationale adoptait, le 29 janvier 2000 à Montréal, le texte de ce protocole qui découle de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique.

Rappelons également que le Québec a été le premier au Canada à appuyer officiellement la signature du Protocole par le gouvernement fédéral. C'est à l'unanimité que l'Assemblée nationale a approuvé, par une motion, le texte du Protocole de Cartagena le 10 mai 2005.

- 30 -

Information : 418 649-2400 poste 57861


Retour à la liste