Le gouvernement Charest accorde un soutien de plus d'un million de dollars à Haïti

Port-au-Prince, le 6 juin 2005 ─ Le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, termine aujourd'hui une mission de trois jours en Haïti au cours de laquelle il a annoncé une contribution de plus de 1 million $ à ce pays.

De ce montant, 850 000 $ proviennent du Programme québécois de développement international qu'administre le ministère des Relations internationales. En mars 2004, le gouvernement du Québec a pris l'engagement de consacrer 1 million $ sur deux ans à des projets d'aide en Haïti. Un premier montant de 500 000 $ a été consenti en 2004-2005. L'annonce d'un montant supérieur à ce qui avait été engagé initialement témoigne de l'importance qu'accorde le gouvernement du Québec au développement d'Haïti.

Les projets sélectionnés seront mis en oeuvre par huit organismes québécois de coopération internationale, en partenariat avec les communautés haïtiennes. Ils s'inscrivent tous dans les priorités actuelles du gouvernement haïtien. Deux projets, celui de Médecins du Monde et de Collaboration Santé internationale, concernent le secteur de la santé. Les projets de la Société de coopération pour le développement international (SOCODEVI) et du Regroupement des organismes canado-haïtiens pour le développement (ROCAHD) permettront le renforcement de la sécurité alimentaire tout en favorisant le développement de l'activité économique dans le secteur agricole. Dans le cas de L'AMIE, organisme international d'aide à l'enfance et du YMCA du grand Montréal, les projets viendront principalement en appui aux jeunes. OXFAM-Québec démarrera un avant-projet visant la récupération des déchets aux Gonaïves. Finalement, le Centre international de solidarité ouvrière (CISO) consacrera ses ressources au développement des valeurs démocratiques et à la participation citoyenne.

Haïti est actuellement le premier pays bénéficiaire du programme québécois de développement international du ministère des Relations internationales. Depuis la création de ce programme en 1997, une soixantaine de projets ont été soutenus dans ce pays par le gouvernement du Québec pour un total de 4,4 millions $, soit le cinquième de l'enveloppe totale consacrée à l'aide au développement pour cette période. L'annonce du premier ministre porte ce total à plus de 5 millions $.

« Le gouvernement du Québec est heureux de pouvoir compter sur des partenaires de premier plan que sont les organismes québécois de coopération internationale pour accompagner le peuple haïtien dans ses efforts de développement », a déclaré le premier ministre alors qu'il s'apprêtait à rencontrer des représentants de communautés religieuses et d'organismes québécois de coopération internationale réunis à la villa Manrèse, propriété des Clercs de Saint-Viateur, à Port-au-Prince.

Subvention de 250 000 $ à l'Agence universitaire de la Francophonie
Le premier ministre du Québec a également annoncé le versement d'une subvention de 250 000 $ à l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Il s'agit d'un soutien à l'implantation, à Port-au-Prince, de l'Institut de la Francophonie en Gestion et Administration de la Caraïbe. Cet Institut a pour principal objectif de permettre la formation en langue française de spécialistes de haut niveau en gestion des administrations et des entreprises. Il sera au service du développement des pays de la Caraïbe. Les universités québécoises seront invitées à s'associer à cette institution francophone à vocation régionale.

Le coût total du projet s'élève à 2 millions $ et les principaux partenaires sont le gouvernement haïtien et l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF).

Une coopération Québec, Canada, Haïti
Au terme de sa rencontre avec le premier ministre intérimaire, M. Gérard Latortue, et en présence de l'ambassadeur du Canada, M. Claude Boucher, le premier ministre du Québec a annoncé une collaboration entre les gouvernements d'Haïti, du Québec et du Canada dans le domaine de la gouvernance.

C'est avec le concours de l'École nationale d'administration publique que le gouvernement du Québec a élaboré un projet d'appui à la gouvernance. Il s'engage à mettre à la disposition du gouvernement haïtien l'expertise des services publics québécois.

Le gouvernement du Canada, de concert avec l'Agence canadienne de développement international (ACDI), participera également à la réalisation de ce projet.

La participation d'Haïtiens vivant au Québec et oeuvrant au sein des services publics sera encouragée dans la réalisation des interventions québécoises. Toutes les actions du Québec dans le cadre de ce projet seront menées en complémentarité des actions des autres intervenants internationaux en Haïti.

Participation de la ministre des Relations internationales
Également de la mission, la ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Mme Monique Gagnon-Tremblay, a tenu des rencontres de travail avec ses homologues haïtiens, à savoir MM. Roland Pierre, Pierre Buteau et Alix Baptiste, respectivement ministre du Plan, ministre de l'Éducation et ministre des Haïtiens vivant à l'étranger. Elle a aussi rencontré les autorités du ministère de la Santé. Lors de ces rencontres, la ministre était accompagnée des représentants de la communauté haïtienne au Québec, Mme Maria-Imma Jean-Pierre et de MM. Pierre-Gérald Jean, Louis-Charles Levros et Yves Marthone.

Mme Monique Gagnon-Tremblay a par ailleurs profité de sa visite en terre haïtienne pour fournir une contribution à des projets concrets sur le terrain, tels que l'appui à deux comités de parents de l'école Élodie L'Hérisson, située à Saint-Marc. Ce soutien s'ajoute à la contribution que le gouvernement du Québec a déjà consentie à la Fondation Paul Gérin-Lajoie pour la réalisation du programme « Éducateurs sans frontières ». Ce programme est destiné à renforcer les capacités des enseignants et des directeurs d'école. La ministre a aussi annoncé le financement du forage d'un puits à l'école COBAHA des Gonaïves, jumelée à une école de Montréal, à la suite de l'ouragan Jeanne.

Trois projets pour Hydro-Québec
La mission du premier ministre en Haïti a été aussi l'occasion de l'annonce d'une phase trois à Jacmel. Ce projet, initié en 1998, a permis de remettre en état le réseau électrique d'Haïti-Jacmel. La troisième phase, financée par l'Agence canadienne de développement international (ACDI), permettra de consolider les résultats obtenus à Jacmel en 2003. Le réseau électrique pourra y devenir tout à fait autonome en termes de coûts d'opération et d'investissements pour les nouvelles infrastructures. La phase III sera d'une durée globale de 36 mois.

Deux autres projets, un programme d'efficacité énergétique dans un quartier défavorisé de la ville de Jacmel, ainsi qu'un projet de reboisement afin de sécuriser les sources d'eau qui alimentent la centrale Gaillard ont aussi été annoncés. Ces projets, financés par Hydro-Québec, et d'une valeur totale de 100 000 $, visent, à terme, des économies appréciables d'énergie et l'augmentation de la capacité de production d'hydroélectricité.

- 30 -

Information : 418 649-2400 poste 57861

Retour à la liste