Des mesures particulières pour les régions et les villes du Québec

La Politique internationale du Québec

Québec, le 24 mai 2006 ─ La nouvelle politique internationale qui a été rendue publique aujourd'hui par la ministre des Relations internationales, madame Monique Gagnon-Tremblay, prévoit des mesures particulières pour les villes et les régions du Québec.

« La concurrence internationale élargit ses cadres aux villes et aux régions. Pour planifier leur développement, attirer des investissements, s'assurer de la disponibilité d'une main-d'oeuvre qualifiée et se doter des infrastructures adéquates, les villes et les régions ne peuvent plus agir en vase clos. Elles doivent se comparer, voire se mesurer avec ce qui se fait de meilleur. Leur capacité de bien cerner leurs forces et leurs avantages, de comprendre l'environnement régional, national et international et de regrouper les acteurs du développement autour d'objectifs communs est aujourd'hui un facteur clé de croissance et de développement », a dit madame Gagnon-Tremblay.

Parmi les principales mesures prévues dans la nouvelle politique internationale, mentionnons :

  • un appui à la mise en oeuvre du volet international du plan d'affaires des régions dans le but de soutenir le développement de leurs créneaux d'excellence;

  • un soutien technique à l'établissement de liens avec d'autres villes ou régions dans le monde afin d'aller puiser l'expertise et le savoir-faire utiles pour résoudre certains défis de développement;

  • de concert avec les États américains limitrophes, le renforcement des corridors de commerce et le développement d'ensembles régionaux transfrontaliers de façon à mettre en réseau les collectivités locales et les milieux d'affaires;

  • un examen de l'encadrement légal dans lequel évoluent les municipalités de façon à introduire les assouplissements facilitant la réalisation de projets ayant une dimension internationale;

  • une augmentation du Fonds franco-québécois pour la coopération décentralisée et une participation des Conférences régionales des élus (CRE) à la gestion du Fonds;

  • la promotion, en concertation avec les organismes mandatés à cette fin, de l'environnement d'affaires de la métropole et de la grande région de la capitale.

« Il est important que les villes et les régions multiplient les partenariats et s'intègrent dans les réseaux internationaux où elles peuvent puiser l'expertise et les solutions utiles à leur développement. Aussi, le gouvernement du Québec souhaite-t-il qu'elles élaborent une stratégie concertée entre tous les acteurs intéressés et qu'elles se donnent un plan d'ensemble de leur action internationale », a dit la ministre des Relations internationales, ajoutant que « les conférences régionales des élu(es)s, récemment mises en place, peuvent jouer un rôle déterminant à cet égard ».

La politique internationale du Québec et son plan d'action soulignent également que 6 M$ seront consacrés pour le démarchage et l'accueil d'événements sportifs internationaux majeurs au Québec.

Rappelons que dans le cadre des consultations qu'elle a menées lors de la préparation de cette politique, la ministre s'est rendue, outre à Montréal et à Québec, dans six régions, à savoir l'Outaouais, le Bas Saint-Laurent, le Centre du Québec, l'Estrie, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et Chaudière-Appalaches. Elle y a rencontré des élus locaux, des gens d'affaires, des représentants des milieux de la culture, de l'enseignement et de la recherche ainsi que du tourisme pour mieux cerner leurs besoins et comprendre leurs préoccupations en regard de l'action du Québec sur la scène internationale.

- 30 -

Information : 418 649-2400 poste 57861

Retour à la liste