La délégation générale du Québec à Mexico déjà 25 ans!

Québec le 30 mai 2006 ─ « Que l'Assemblée nationale, afin de souligner les 25 ans de la Délégation générale du Québec au Mexique, rende hommage aux acteurs qui ont permis le développement d'une relation fructueuse et d'une amitié réciproque entre le Québec et le Mexique ». C'est devant un parterre composé notamment de dignitaires mexicains que la ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, madame Monique Gagnon-Tremblay, présentera aujourd'hui, à l'Assemblée nationale, une motion de reconnaissance soulignant le 25e anniversaire de la présence du Québec dans ce pays.

Cette motion, ainsi que la réception qui suivra, clôtureront les célébrations de ce 25e anniversaire de la présence de la délégation générale du Québec à Mexico. Parmi les invités, mentionnons le gouverneur de l'État du Nuevo León, monsieur José Natividad Gonzalez Paras, une délégation de quatre ministres de l'État de Colima et le consul général des États-Unis du Mexique à Montréal, monsieur Manuel Cosio Duran.

C'est en 1980 que le gouvernement du Québec inaugure à Mexico sa première délégation générale hors de l'Europe et des États-Unis. Le poids politique du Mexique, sa proximité géographique et culturelle ainsi que l'importance des échanges commerciaux, font du Mexique un partenaire incontournable dans les Amériques. Dans les rapports que le Québec entretient sur la scène internationale, et comme le mentionne la nouvelle Politique internationale du gouvernement du Québec, le Mexique est un partenaire important.

Le mandat confié aux représentants québécois est de favoriser l'établissement de liens officiels et directs entre le Québec et le Mexique, afin de faciliter les échanges et la coopération sur les plans culturel, académique, économique, social et politique. La délégation générale joue un rôle essentiel dans le renforcement des relations intergouvernementales, en établissant des contacts avec divers interlocuteurs mexicains : institutions politiques fédérales, étatiques ou municipales, institutions d'enseignement et du milieu culturel et représentants du milieu des affaires.

Quant à la présence institutionnelle mexicaine au Québec, elle date de bien avant. Déjà, à la fin du XIXe siècle les gens d'affaires québécois et mexicains nouent des échanges financiers et commerciaux. En 1888, le gouvernement mexicain nomme un consul honoraire pour représenter ses intérêts au Québec et dans l'Est du Canada. En 1931, l'accroissement des relations entre le Mexique et le Québec mène à la création du consulat général à Montréal.

Cette représentation consulaire mexicaine, antérieure à toute autre au Canada, joue un rôle dans la mise en place de mécanismes durables de coopération et dans la promotion des échanges commerciaux. Au fil des ans, le consulat général a tissé de nombreux liens dans le domaine de la culture et des arts, et a encouragé la visite de délégations, de fonctionnaires et de personnalités mexicaines au Québec.

Le Québec et le Mexique reconnaissent tous deux l'importance de renforcer leurs liens dans divers secteurs. Bien que depuis l'entrée en vigueur de l'ALENA, le volume des échanges entre le Québec et le Mexique ait plus que doublé, les relations bilatérales vont bien au-delà du commerce. Elles revêtent également des aspects politiques, académiques, culturels et humains. Au fil des années, des mécanismes pour faciliter la coopération dans divers secteurs ont été mis en place.

Le plus important est le Groupe de travail Québec-Mexique (GTQM). Créé en avril 1982, le GTQM est le principal instrument de la coopération entre le Québec et le Mexique. La volonté de développer une relation structurée a incité les deux gouvernements à créer cet instrument officiel d'élaboration et de coordination des programmes de coopération. La première rencontre du GTQM a eu lieu à Mexico en juin 1982.

Le Groupe de travail, qui se réunit à tous les deux ans, définit les orientations de coopération, convient de la programmation et évalue les résultats. Les projets, une quarantaine aux deux ans, ciblaient au départ l'éducation et la culture. Les travaux du GTQM se sont depuis diversifiés pour englober les domaines de la science et de la technologie, de la coopération économique et visent aussi à rejoindre davantage la jeunesse.

Depuis la signature de l'ALENA, en 1994, le Québec a plus que doublé la valeur de ses exportations vers le Mexique et alors qu'une dizaine d'entreprises faisaient affaires avec le Mexique il y a douze ans, nous en comptons maintenant près de 400. En 2005, les échanges commerciaux entre le Québec et le Mexique ont atteint un sommet s'élevant à 2,95 milliards de dollars canadiens.

- 30 -

Retour à la liste