Le Québec participera à la Conférence des Parties de l'UNESCO

Québec, le 17 juin 2007 – La ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Mme Monique Gagnon-Tremblay, le ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, M. Raymond Bachand, et la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, annoncent que le gouvernement du Québec participera à la première session ordinaire de la Conférence des Parties à la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l'UNESCO, qui se tiendra à Paris du 18 au 20 uin 2007.
Cette première session de la Conférence des Parties marque le début officiel des travaux de mise en oeuvre de la Convention. Elle donnera notamment l'occasion aux pays présents d'élire les 24 membres qui composeront le Comité intergouvernemental de la Convention, instance qui doit être mandatée par la Conférence pour proposer un projet de mise en oeuvre de la Convention.
Le Québec participera à la Conférence comme le prévoit l'Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec relatif à l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). M. Michel Audet, représentant du gouvernement du Québec au sein de la Délégation permanente du Canada à l'UNESCO, dirigera la délégation québécoise et y fera valoir la position du Québec.
« Le gouvernement du Québec conjugue ses efforts à ceux du Canada pour l'élection de ce dernier au Comité intergouvernemental. Je me réjouis par ailleurs que le Comité international de liaison des Coalitions pour la diversité culturelle ait été invité, par l'UNESCO, à assister à cette importante réunion », a déclaré la ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Mme Monique Gagnon-Tremblay.
« La Conférence marque la mise en place et le lancement des mécanismes institutionnels que le Québec souhaite forts, actifs et dynamiques afin que la Convention atteigne pleinement les objectifs de faire reconnaître le droit des États à mettre en place des politiques favorisant leur développement culturel », a expliqué le ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, M. Raymond Bachand.
« Il est essentiel que le mandat confié au Comité intergouvernemental reflète l'importance des tâches qu'il reste à accomplir pour assurer la mise en oeuvre de la Convention. Je souhaite que son rythme de travail soit aussi soutenu que celui que nous avons maintenu lors de l'adoption et de la ratification de cette convention », a pour sa part indiqué la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre.
À l'occasion de cette conférence des Parties, le Québec compte donc être particulièrement attentif aux critères proposés pour déterminer le mandat du Comité intergouvernemental. Il entend aussi s'assurer que les organisations issues de la société civile, comme la Coalition pour la diversité culturelle, qui ont joué un rôle majeur dans le processus ayant mené à l'adoption de la Convention, puissent avoir une place d'observateur au sein des organes directeurs de la Convention qui doivent assurer la mise en oeuvre.
La Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles a été adoptée à l'UNESCO le 20 octobre 2005. Elle est entrée en vigueur le 18 mars 2007. En date du 31 mai dernier, 62 États l'avaient déjà ratifiée.


– 30 –

Information : 418 649-2400 poste 57861

Retour à la liste