La sécurité, une priorité pour le ministère des Relations internationales Recommandations du coroner concernant le décès d'un stagiaire de Québec sans frontières

Québec, le 13 novembre 2007 – La ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Mme Monique Gagnon-Tremblay, accueille favorablement les recommandations du coroner Luc Malouin, à la suite de la publication du rapport d'investigation portant sur le décès d'un jeune stagiaire du programme Québec sans frontières (QSF), François-Jacques Roussin, en 2004.

« Le décès de ce jeune homme m'a profondément touchée. Il ne faut plus qu'un tel accident se reproduise. La sécurité a toujours fait partie des préoccupations du ministère des Relations internationales », a déclaré la ministre.

Québec sans frontières est un programme subventionné par le ministère des Relations internationales et géré avec la collaboration de l'Association québécoise des organismes de coopération internationale. Les organismes québécois de coopération internationale organisent les stages avec des organismes partenaires dans les pays où ils ont lieu.

« Bien que nos pratiques fassent l'objet d'améliorations continues depuis la création du programme en 1995, un tel accident remet nécessairement en question certaines de nos pratiques. Les recommandations du coroner vont dans le sens des efforts accomplis avec nos partenaires pour prévenir ce genre d'accidents », a précisé la ministre.

Des mesures pour accroître la sécurité

Le Ministère a déjà posé des gestes concrets pour favoriser la sécurité des stagiaires. Ainsi, ceux-ci ne prennent plus part à des travaux de construction dans le cadre de leurs stages. De plus, le Ministère a récemment adopté des mesures pour renforcer l'encadrement des projets et la sécurité des stagiaires. Ces mesures touchent notamment la sécurité des transports, l'accessibilité des services médicaux et l'encadrement des stages. En outre, les activités de formation en soins d'urgence et en gestion de crise, déjà offertes aux accompagnateurs, seront renforcées. Enfin, de nouveaux outils d'évaluation seront mis en place, pour mesurer de façon plus soutenue l'appréciation des stagiaires sur l'atteinte des objectifs des stages, l'encadrement, la formation, la santé et la sécurité.

« J'ai lu avec attention le rapport d'investigation du coroner et je prends acte des observations et constatations qui s'y trouvent. Je compte donner suite aux recommandations nous concernant car j'estime que leur mise en oeuvre contribuera à enrichir nos pratiques. Il en va de la sécurité des jeunes Québécoises et Québécois qui participent aux stages, et on ne peut négliger cet aspect », a indiqué la ministre.

Un programme populaire et formateur

L'intérêt des Québécoises et Québécois de 18 à 35 ans pour le programme Québec sans frontières ne se dément pas, depuis ses débuts en 1995. Plus de 3 700 personnes ont relevé le défi de l'engagement solidaire, en réalisant des stages dans une vingtaine de pays en développement d'Afrique, d'Amérique latine et des Antilles. Les stages Québec sans frontières portent principalement sur des questions touchant à la santé, à l'éducation, à la sécurité alimentaire ainsi qu'à l'organisation sociale et communautaire.

« Au fil des ans, ce programme a constitué une véritable initiation à la solidarité internationale pour de jeunes adultes qui souhaitent partager des valeurs d'entraide, découvrir de nouvelles cultures et développer leurs aptitudes personnelles et professionnelles. Avec le concours de nos partenaires, tous les efforts continueront d'être déployés dans les activités que nous organisons, afin que ces stages formateurs se déroulent dans le contexte le plus sécuritaire possible », a conclu la ministre des Relations internationales.

– 30 –

Information : 418 649-2400 poste 57861

Retour à la liste