Le gouvernement du Québec appuie la décision de l'Organisation internationale de la Francophonie de suspendre la Guinée

Québec, le 20 janvier 2009 – Le ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, M. Pierre Arcand, s'est dit en accord avec la décision prise par le Conseil permanent de la Francophonie de suspendre à titre provisoire la Guinée des instances de la Francophonie. Cette sanction est intervenue lors d'une Session extraordinaire des représentants des pays et gouvernements membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) tenue à Paris le vendredi 16 janvier dernier. Ce faisant, le Québec condamne à son tour la prise du pouvoir par un groupe de militaires à Conakry, trois jours après le décès du Président Lansana Conté, en décembre dernier.

Pour le ministre, il convient de rappeler l'importance de l'engagement pris par les chefs d'État et de gouvernement lors du Sommet de la Francophonie d'octobre dernier et inscrit dans la Déclaration de Québec. « Nous avons pris le ferme engagement de mettre en oeuvre de façon beaucoup plus vigoureuse le dispositif des déclarations de Bamako et de Saint-Boniface, et notamment de consolider l'État de droit, en soutenant les institutions démocratiques », a précisé M. Arcand. « La décision prise par l'OIF est en parfaite cohérence avec cette approche ». Rappelons que la Déclaration de Bamako sur les pratiques de la démocratie, des droits et des libertés adoptée en 2000 prévoit qu'en cas de rupture de l'État de droit, un pays s'expose à des sanctions.

Enfin, le ministre a exprimé le souhait que la Guinée puisse retrouver sa place au sein de l'OIF dans les meilleurs délais.

- 30-

Information : 418 649-2400 poste 57861

Retour à la liste