Stratégie du gouvernement du Québec à l'égard des États-Unis

Pierre Arcand satisfait des représentations menées en sol américain

Montréal, le 25 juin 2010 - Le ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Pierre Arcand, est satisfait des entretiens qu'il a eus avec des personnalités influentes des milieux politique, économique et institutionnel au cours de sa mission à Des Moines, Boston, Washington DC et New York. L'objectif de cette dernière était principalement de faire avancer les projets de train à haute vitesse, de faire reconnaître l'hydroélectricité québécoise comme étant une source d'énergie propre et renouvelable et de promouvoir l'ouverture des marchés.
« Les américains font face à certains défis qui sont liés, entre autres, à la consolidation de la reprise économique, à la lutte aux changements climatiques et à l'indépendance énergétique. Il est important de faire savoir aux décideurs américains que le Québec est un partenaire clé qui peut faire partie de la solution. L'expertise et l'innovation de nos gens d'affaires et notre leadership dans le domaine du développement durable sont des avantages qui ont énormément intéressé mes interlocuteurs », a indiqué Pierre Arcand.
Estimant que le contexte actuel aux États-Unis est plus que jamais favorable à la réalisation de grands projets ferroviaires et l'utilisation de sources d'énergies propres, renouvelables et sécuritaires comme l'hydroélectricité, le ministre Arcand a profité de cette mission pour multiplier les occasions d'affaires et promouvoir l'ouverture des marchés auprès des autorités américaines dans ces domaines.
« J'ai milité en faveur d'une reconnaissance plus grande de l'hydroélectricité québécoise comme énergie propre et renouvelable par les États américains, comme l'a fait récemment le Vermont. Le Québec peut contribuer à l'objectif des Américains visant à réduire leur dépendance aux combustibles fossiles comme le pétrole et à diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). En ce sens, le potentiel d'exportation d'hydroélectricité québécoise représente une partie de la solution », a déclaré le ministre.
Concernant le dossier du train rapide, Pierre Arcand a rappelé l'engagement et l'intérêt du gouvernement du Québec à travailler avec les autorités américaines à examiner les diverses options pour le développement de corridors ferroviaires Montréal – Boston et Montréal – New York. « Ces projets sont mutuellement bénéfiques, car ils constituent de formidables leviers de développement économique à la fois pour le Québec et pour les États américains, en plus de contribuer à la réduction des émissions de GES dans la région. Les échos que j'ai eus des Américains lors de ces rencontres sont très positifs, je suis confiant que le dossier progressera », a ajouté le ministre.
À Boston, le ministre a rencontré plusieurs acteurs importants, dont le représentant au Congrès, William Delahunt, et le sous-secrétaire aux Transports de l'État du Massachusetts, Brian P. Murphy. Il s'agissait de sa première mission du ministre au Massachusetts.
À Washington et New York, Pierre Arcand s'est entretenu avec la sénatrice du New Hampshire, Jeanne Shaheen, avec le sénateur de l'État de New York, Charles Schumer, avec la représentante de l'État de New York, Louise Slaughter, et avec le maire adjoint de la Ville de New York, Stephen Goldsmith.
Par ailleurs, le ministre a profité de différentes tribunes pour faire connaître la Stratégie du Québec à l'égard des États-Unis lors de conférences du New England-Canada Business Council à Boston, du Woodrow Wilson Center à Washington ainsi que devant un réseau de contacts privilégiés de la Délégation générale du Québec à New York.
Rappelons que le ministre a débuté cette mission aux États-Unis la semaine dernière lors de sa participation au Leadership Meeting de la 6e Conférence de la North America's SuperCorridor Coalition, à Des Moines, en Iowa. Il a alors fait valoir aux représentants des trois pays membres de l'ALENA les solutions proposées par le Québec pour faire face aux défis communs tels que l'efficacité du transport, la sécurité aux frontières et le développement durable.
Les États-Unis sont les premiers acheteurs de produits québécois dans le monde. Avec 300 millions de consommateurs, ce marché représente un potentiel d'affaires considérable pour les entreprises québécoises. C'est plus de 300 000 emplois au Québec qui sont liés aux exportations vers les États-Unis.

-30-

Information : 418 649-2400 poste 57861

Retour à la liste