Mission de la ministre Gagnon-Tremblay en Afrique du Sud

Des perspectives de coopération et d'affaires prometteuses

Québec, le 1er octobre 2010 - De retour d'Afrique du Sud, où elle participait dans la ville du Cap à la 5e Conférence des chefs de gouvernement des Régions partenaires, la ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Monique Gagnon-Tremblay, estime qu'il est plus que jamais profitable pour le Québec de resserrer ses liens avec des régions et des États fédérés.
« Les entités fédérées ont des responsabilités concrètes dans plusieurs domaines qui sont au coeur des enjeux planétaires contemporains. Nous avons tout intérêt à échanger sur nos meilleures pratiques et à forger des alliances. Une initiative comme les Régions partenaires démontre que cette solidarité peut s'appuyer sur des projets de coopération réalistes, aux résultats tangibles », a déclaré la ministre Gagnon-Tremblay.

En plus de la province hôte, le Cap-Occidental, et du Québec, cette 5e Conférence regroupait la Bavière, le Shandong, la Géorgie et la Haute-Autriche. Experts et représentants de chambres de commerce étaient invités à livrer leurs réflexions aux chefs de gouvernement sur les thèmes du transport intégré et de la sécurité alimentaire, de même que sur les moyens de créer de nouvelles occasions d'affaires. Dans la Déclaration signée à l'issue de la Conférence, les Régions partenaires ont convenu de mettre de l'avant diverses initiatives visant à renforcer leur coopération dans ces domaines.

Plusieurs rencontres politiques

La ministre Monique Gagnon-Tremblay s'est entretenue avec les chefs de gouvernement présents à la Conférence, dont la première ministre du Cap-Occidental, Helen Zille. Les politiques environnementales, en particulier en matière de lutte aux changements climatiques, et le resserrement des liens entre les deux provinces figuraient parmi les sujets abordés. Mentionnons que Mme Zille, qui dirige la province du Cap-Occidental depuis 2009, a démontré lors de cet entretien un intérêt marqué pour l'établissement de relations plus approfondies avec le Québec.

Du gouvernement d'Afrique du Sud, MmeGagnon-Tremblay a par ailleurs rencontré la ministre des Ressources minérales, le ministre de l'Éducation supérieure, la ministre de l'Énergie et le sous-ministre des Transports. Du gouvernement de la province du
Cap-Occidental, elle a pu s'entretenir avec le ministre des Finances, du Développement économique et du Tourisme et le ministre des Transports et des Travaux publics. Ces entretiens ont confirmé l'intérêt du Québec à développer davantage ses liens politiques et économiques avec l'Afrique du Sud et le Cap-Occidental.

Développer le plein potentiel d'affaires

Le volet économique de la mission visait à soutenir une quinzaine d'entreprises et d'organisations québécoises dans leur effort de prospection et de pénétration du marché sud-africain. Pas moins de 45 rencontres d'affaires personnalisées ont permis de mettre les participants québécois en lien avec des partenaires potentiels sud-africains et mozambicains. Une entente de partenariat a été signée entre la compagnie québécoise CMAC Thyssen et un partenaire sud-africain du secteur minier, Maxens Holdings. Plusieurs projets d'investissement, dont certains présentent un potentiel intéressant, ont également été étudiés lors de ces rencontres. Notons qu'une étude sera réalisée sur le potentiel qu'offre le secteur minier en Afrique du Sud pour les entreprises québécoises.

En compagnie de ces participants québécois, la ministre a pu effectuer la visite d'entreprises québécoises bien établies en Afrique du Sud. Mme Gagnon-Tremblay s'est ainsi rendue aux installations de SDV logistiques, de SNC-Lavalin et de Bombardier Transport, en plus d'effectuer un essai du Gautrain. Ce train rapide qui relie Johannesburg à Pretoria constitue l'amorce d'un futur réseau de transport desservant la province de Gauteng. Bombardier fut le chef de file du consortium Bombela qui a obtenu le contrat pour la réalisation du Gautrain.

Les échanges entre le Québec et l'Afrique du Sud représentent près de 30% de tout le commerce du Canada avec ce pays. Plus du tiers (37%) des exportations du Quebec vers l'Afrique sont destinées à l'Afrique du Sud. Les secteurs des transports et des infrastructures, des technologies de l'information, de l'énergie et de l'électricité ainsi que de l'agroalimentaire apparaissent actuellement les plus prometteurs pour les entreprises québécoises qui désirent tisser des liens avec cette économie en pleine croissance.

Mentionnons qu'une partie de la délégation d'affaires prendra part à l'Electra Mining Africa 2010, qui débute le 4 octobre à Johannesburg. Cet événement, le deuxième en importance dans l'industrie minière, attire des investisseurs locaux et internationaux à la recherche d'opportunités d'affaires dans une variété de secteurs industriels. Plus de 40 000 visiteurs ont pris part à la dernière édition en 2008 à Johannesburg.

« Cette mission aura révélé tout le potentiel qu'offre l'Afrique du Sud par elle-même, mais aussi en tant que plaque tournante pour l'Afrique australe. Je me réjouis de constater que nos entreprises sont dorénavant mieux outillées pour y tirer leur épingle du jeu », a conclu la ministre Gagnon-Tremblay.

-30-

Information : 418 649-2400 poste 57861

Retour à la liste