Le gouvernement du Québec annonce une contribution de 100 000 $ au Fonds international pour la diversité culturelle

UNESCO : 3e SESSION DE LA CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

Québec, le 14 juin 2011 – Au nom du gouvernement du Québec, la ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Mme Monique Gagnon-Tremblay, s'est adressée aujourd'hui aux délégués de nombreux pays participant à la Troisième session ordinaire de la Conférence des Parties à la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, qui se tient à Paris, au siège de l'UNESCO, jusqu'au 17 juin.
La ministre, Mme Gagnon-Tremblay, a annoncé une contribution de 100 000 $, versée à parts égales entre le ministère des Relations internationales et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, au Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) établi par la Convention.
« Cette seconde contribution de 100 000 $ du gouvernement du Québec devrait aider le Fonds à réaliser son objectif, soit de promouvoir le développement durable et la réduction de la pauvreté dans les pays en développement en soutenant financièrement des projets qui favorisent l'émergence d'un secteur culturel dynamique dans ces pays », a déclaré Mme Monique Gagnon-Tremblay. Rappelons que plus d'une trentaine de projets ont été approuvés, en décembre 2010, dans le cadre du premier appel de demandes de financement.
Les ressources du FIDC proviennent essentiellement des contributions volontaires des Parties à la Convention. En 2008, le gouvernement du Québec avait effectué une première contribution de 100 000 $.
« Pour que la Convention atteigne son plein potentiel et permette aux États de soutenir leur culture, il est essentiel que son volet coopératif soit dynamique et vivant. Dans cette perspective, le gouvernement du Québec souhaite démontrer par sa contribution au Fonds son appui à l'essor des industries culturelles dans les pays en développement, car une réelle diversité des expressions culturelles n'est pas possible sans l'apport des pays du Sud qui ont adhéré à la Convention », a fait savoir la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme St-Pierre.
Mme Gagnon-Tremblay a pris la parole à la Troisième session ordinaire de la Conférence en vertu de l'Accord entre le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada relatif à l'UNESCO signé en mai 2006. Cette session permettra entre autres de déterminer le mandat du comité intergouvernemental de la Convention pour les deux prochaines années.
Rappelons que la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles reconnaît le droit des États et des gouvernements d'élaborer librement leurs politiques culturelles et de prendre les mesures qui y concourent. Elle est entrée en vigueur le 18 mars 2007 et à l'heure actuelle, 116 pays et une organisation d'intégration économique régionale – l'Union européenne – ont ratifié la Convention. L'Assemblée nationale du Québec a été le premier parlement au monde à approuver le texte à l'unanimité, le 10 novembre 2005.

-30-

Information : 418 649-2400 poste 57861

Retour à la liste