Dixième anniversaire de la Convention 2005

Le gouvernement du Québec annonce une nouvelle contribution au Fonds international pour la diversité culturelle

Québec, le 20 octobre 2015 - En ce jour du 10e anniversaire de l’adoption, par l’UNESCO, de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Mme Hélène David, et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Mme Christine St-Pierre, annoncent une contribution du gouvernement du Québec de 50 000 $ au Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC).

Principal instrument conçu pour faciliter la coopération avec les pays du Sud dans le contexte de la Convention, le FIDC vise à soutenir financièrement des projets qui favorisent l’émergence d’un secteur culturel dynamique dans les pays en développement.

« Il est essentiel que le volet coopératif de la Convention soit dynamique et vivant afin qu’elle atteigne son plein potentiel et permette aux États de soutenir leur culture. Dans cette perspective, mon gouvernement témoigne, par sa contribution au Fonds, son appui à l’essor des industries culturelles dans les pays en développement. Une réelle diversité des expressions culturelles n’est possible qu’avec l’apport des pays du Sud qui ont adhéré à la Convention », a fait savoir la ministre David.

« Pour que la Convention atteigne son plein potentiel et permette aux États de soutenir leur culture, il est essentiel que son volet coopératif soit dynamique et vivant. Dans cette perspective, le gouvernement du Québec souhaite montrer, par sa contribution au Fonds, son appui à l’essor des industries culturelles dans les pays en développement. Une réelle diversité des expressions culturelles n’est possible qu’avec l’apport des pays du Sud qui ont adhéré à la Convention », a fait savoir la ministre David.

Les dons au FIDC sont volontaires de la part des Parties à la Convention. La contribution de 50 000 $ du gouvernement du Québec est répartie entre le ministère de la Culture et des Communications (20 000 $), le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (20 000 $), le Conseil des arts et des lettres du Québec (5 000 $) et la Société de développement des entreprises culturelles (5 000 $). Elle s’ajoute aux deux autres contributions de 100 000 $, versées en 2008 et en 2011, pour un montant total de 250 000 $.

« Ce dixième anniversaire est une belle occasion de rappeler que le Québec, inspiré par sa culture unique et son soutien résolu à la culture, a agi comme précurseur dans l’élaboration et l’adoption de cette Convention. Aujourd’hui encore, nous travaillons activement à sa mise en œuvre. Cette contribution gouvernementale permettra de soutenir des projets qui favoriseront, entre autres, la participation égale et active des individus et des groupes sociaux à des activités culturelles et créatives », a ajouté la ministre St-Pierre.

À propos de la Convention

La Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles a été adoptée par l’UNESCO le 20 octobre 2005. Elle est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À ce jour, 139 États et une organisation d’intégration économique régionale – l’Union européenne – ont déjà ratifié ce traité international. Notons que le Québec a été le premier gouvernement au monde à appuyer la Convention, s’y déclarant lié par un décret du Conseil des ministres le 16 novembre 2005.

La Convention reconnaît la double nature des produits culturels, à savoir qu’ils ont aussi une valeur économique. Elle repose également sur deux piliers. En premier lieu, elle réaffirme le droit des États et des gouvernements d’adopter des politiques et des mesures pour protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles sur leur territoire. Cet aspect de la Convention est primordial pour le Québec, car il légitime le soutien qu’il apporte à sa culture. En deuxième lieu, la Convention encourage la coopération internationale pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, et ce, particulièrement avec les pays du Sud.

La diversité des expressions culturelles à l’ère numérique

Depuis 2012, le gouvernement du Québec travaille activement avec ses partenaires, dont le Canada et la France, à la mise en œuvre de la Convention à l’ère du numérique. Pour le Québec, le numérique est une dimension incontournable étant donné qu’il s’agit d’un levier de développement économique pour tout le réseau de la culture. Il transforme les manières de créer et de diffuser, et touche l’ensemble des secteurs culturels. À cet égard, rappelons que le gouvernement du Québec a procédé au lancement du Plan culturel numérique du Québec en septembre 2014. Le Québec entend donc continuer de contribuer de façon significative aux travaux concernant l’enjeu du numérique dans le cadre de la Convention.


Sources :
Philip Proulx
Attaché de presse
Cabinet de la ministre de la Culture et des Communications
et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française
Téléphone : 418 380-2310

François Caouette
Attaché de presse
Cabinet de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie
Téléphone : 418 649-2319

Information :
Anne-Sophie Lacroix
Responsable des relations avec les médias
Ministère de la Culture et des Communications
Téléphone : 418 380-2363, poste 7239

Claudine Bertrand
Conseillère en communication
Ministère des Relations internationales et de la Francophonie
418 649-2400, poste 57211



Retour à la liste