Création d’une journée nationale du vivre-ensemble : l’engagement du Québec se confirme en amont de la Conférence « Internet et la radicalisation des jeunes : prévenir, agir et vivre ensemble »

Québec, le 20 octobre 2016 – La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, a déposé aujourd’hui une motion à l’Assemblée nationale visant la création d’une journée nationale du vivre-ensemble. La date du 15 janvier a été choisie en mémoire des Québécois qui ont perdu la vie lors d’attentats ou d’actes de terrorisme de Jakarta et Ouagadougou en 2015. Cette motion revêt une importance toute particulière alors que le Québec s’apprête à accueillir des experts internationaux de la radicalisation menant à la violence à l’occasion de la Conférence Québec-UNESCO « Internet et la radicalisation des jeunes : prévenir, agir et vivre ensemble ».

« En cette journée de commémoration des actes violents de Saint-Jean-sur-Richelieu où un Québécois a perdu la vie en 2015, je trouve du réconfort à l’idée que le Québec choisit de miser sur l’ouverture et le dialogue en créant une journée nationale du vivre-ensemble. Nous nous rappelons avec émotion la perte d’êtres chers et d’amis et nous voulons inspirer un mouvement global envers l’ouverture, le vivre ensemble et la prévention du phénomène de la radicalisation menant à la violence. La Conférence Québec-UNESCO que nous accueillerons dans quelques jours permettra de faire rayonner l’expertise québécoise, mais également de démontrer notre volonté à participer activement au dialogue international sur la question afin de dégager des pistes de solution durables et efficaces », a déclaré la ministre St-Pierre.

« Cette création d'une journée nationale du vivre-ensemble s'inscrit dans la volonté gouvernementale de miser sur l'inclusion et la cohésion sociale. Une campagne sur le vivre ensemble, mettant en lumière le caractère pluriel de la société québécoise et l'apport de la diversité à la prospérité du Québec sera d'ailleurs déployée prochainement. Elle mettra l'accent sur les valeurs d'ouverture qui ont toujours caractérisé le Québec et l'importance que nous accordons aux relations interculturelles; ces valeurs sont au cœur de notre approche lorsqu'il est question de prévention en matière de lutte à la radicalisation menant à la violence et du vivre ensemble » a pour sa part indiqué la ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil.

« La radicalisation et les gestes menant à la violence n’ont malheureusement pas de frontières. Le Québec prend d’ailleurs très au sérieux ces enjeux de sécurité publique. C’est pourquoi le gouvernement reconnaît l’importance de la mobilisation et de la prévention pour accroître notre capacité d’agir en amont des actes violents, notamment auprès des jeunes. Pour y arriver, nous soutenons notamment des projets concrets au moyen du volet sur la radicalisation du programme Prévention jeunesse. Nous avons également établi un important partenariat avec le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, afin que l’ensemble de la population québécoise puisse bénéficier de cette ressource », a mentionné le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire et ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Programme officiel de la Conférence

La ministre a par ailleurs rendu public le programme officiel de la Conférence comportant les noms des conférenciers qui interviendront au cours de l’événement lors d’une conférence de presse tenue en présence du maire de Québec, Régis Labeaume, du directeur du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, Herman Deparice-Okomba, et du dirigeant des Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ), Michel Robitaille, et de la présidente du comité québécois pour le lancement de la campagne Non à la haine, Jade Boivin. La Conférence, organisée conjointement par le Gouvernement du Québec et l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la science et la culture (UNESCO), se déroulera du 30 octobre au 1er novembre dans la ville de Québec.

« Si Québec est reconnue comme l’une des villes les plus sécuritaires au pays, cette reconnaissance n’est pas acquise et il importe de faire les efforts nécessaires pour la préserver et pour que Québec demeure une ville où il fait si bon vivre. Nul doute que cette conférence internationale de l’UNESCO et du Gouvernement du Québec nous donnera les pistes de réflexion ainsi que les outils nécessaires pour y arriver », a ajouté le maire de Québec, Régis Labeaume.

Représentant l’UNESCO par la voie d’une vidéo, la présidente du Programme Information pour tous (PIPT) de l’UNESCO, Chafica Haddad, et le directeur de la Division des sociétés du savoir du Secteur de la communication et de l'information de l’UNESCO, Indrajit Banerjee, ont rappelé l’importance d’une concertation internationale afin d’apporter des réponses globales et durables aux phénomènes de radicalisation menant à la violence. Le directeur du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, Herman Deparice-Okomba, a quant à lui mis de l’avant la qualité des centres de recherche québécois sur la question et a rappelé qu’il était essentiel de pouvoir compter sur des tribunes comme la Conférence Québec-UNESCO afin de partager les savoirs et les avancées dans ce domaine. M. Robitaille et Mme Boivin ont par la suite présenté le séminaire jeunesse que LOJIQ tiendra en amont de la Conférence.

Rappelons que plus de 400 participants provenant de près de 70 pays, issus de différents paliers gouvernementaux, d’organisations internationales, du secteur privé, du milieu universitaire et de la société civile, tous engagés à l’échelle planétaire sur les enjeux de lutte contre la radicalisation menant à la violence et à l’extrémisme, sont attendus à Québec pour cette conférence. Pour prendre connaissance du programme officiel et de l’identité de certains conférenciers, consultez le document.

Pour en savoir plus sur les activités du Ministère et de ses 28 représentations dans 15 pays, suivez-nous dans les médias sociaux :

- Facebook : https://www.facebook.com/MRIQuebec/
- Twitter : https://twitter.com/MRIF_Quebec
- LinkedIn : http://bit.ly/1lSqqTn



Sources :
François Caouette
Attaché de presse
Cabinet de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie
Téléphone : 418 649-2319

Gabrielle Tellier
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion
514 873-9940

Marie-Ève Pelletier
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire,
ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal
Tél. : 418 691-2050

Information :
Pascal Ouellet
Responsable des relations avec les médias
Direction des communications et des affaires publiques
Ministère des Relations internationales et de la Francophonie
Tél. : 418-649-2400, poste 57101

Rose-Marie Ayotte
Conseillère en communication
Ville de Québec
418 641-6210


Retour à la liste