Appels à projets

Coopération bilatérale Québec-Flandre

La Commission mixte permanente de coopération Québec-Flandre élabore et met en œuvre une programmation biennale d’activités de coopération en tenant compte des secteurs de coopération définis par les deux gouvernements.

La coopération bilatérale Québec-Flandre a été officialisée en 2002 avec la signature d’un accord entre le gouvernement du Québec et le gouvernement de la Flandre par les ministres des Relations internationales de l’époque, Louise Beaudoin et Paul Van Grembergen. La présence de la Délégation générale du Québec à Bruxelles, permet l’établissement de liens étroits entre le Québec, les autorités et la société flamandes. La Flandre est représentée, à Montréal, par un chef de mission économique et par le Consulat général du Royaume de Belgique.

Appel à projets XVIe Commission mixte permanente de coopération Québec-Flandre 2021-2023

Coopération Québec-Flandre | 2021-2023
 

 

Soumettez un projet au plus tard le 11 janvier 2021

Le ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF) vous invite à présenter un projet dans le cadre de la XVIe Commission mixte permanente de coopération Québec-Flandre 2021-2023.

La Commission mixte est chargée d’élaborer et de mettre en œuvre une programmation biennale de projets de coopération en prenant en compte des secteurs de coopération déterminés par les gouvernements de la Flandre et du Québec.

Du côté québécois, les objectifs généraux et spécifiques de la coopération entre le Québec et la Flandre sont :

  • faire connaître le Québec à la société flamande dans ses diverses dimensions, en le valorisant comme espace de dynamisme économique, scientifique et culturel
  • promouvoir ses intérêts et valoriser ses compétences en :
    • consolidant la diversité culturelle
    • assurant la promotion de son expertise dans différents secteurs
    • développant l’expérience professionnelle des jeunes et la formation tout au long de la vie
  • soutenir les projets des intervenants québécois dans la mesure où ils concourent au développement de la société québécoise et spécialement à celui de l’emploi

Une priorité sera donnée aux initiatives ayant un lien avec la gestion de la crise sanitaire de la COVID‑19 et la reprise économique et sociale post-crise.

Cet appel à projets vise ces secteurs :

CULTURE

  • Arts de la scène (une attention particulière sera notamment apportée aux secteurs du spectacle jeune public, de la danse et de la musique)
  • Projets numériques visant le partage d’expertise sur l’usage des nouvelles technologies dans la création, la diffusion et la préservation de contenu culturel

SECTEUR MARITIME

  • Économie bleue
  • Formation et main-d’œuvre
  • Logistique et fluidité de la chaîne de transports

ÉCONOMIE, RECHERCHE ET INNOVATION

  • Économie verte et transition énergétique
  • Science de la vie
  • Intelligence artificielle
  • Développement régional

ENVIRONNEMENT

  • Protection de l’environnement
  • Lutte et adaptation aux changements climatiques
  • Développement durable

ÉDUCATION ET ENJEUX DE SOCIÉTÉ

  • Inclusion et réussite éducative
  • Coopération en enseignement supérieur
  • Valorisation de la profession enseignante
  • Intégration et vivre-ensemble
  • Prévention de la radicalisation
  • Vieillissement de la population

Pour être admissibles, les projets doivent :

  • être bilatéral, c’est-à-dire qu’il doit inclure au minimum un partenaire du Québec et un partenaire de la Flandre
  • produire des retombées tangibles mutuellement bénéfiques pour les partenaires québécois et flamands
  • faire l’objet d’une demande de soutien financier qui n’excède pas deux ans
  • faire l’objet d’un dossier complet lors du dépôt
  • respecter la date limite de dépôt des demandes tout dossier reçu après le 11 janvier 2021 ne pourra être retenu.

Une attention particulière sera portée aux projets novateurs encourageant le développement de nouveaux partenariats.

Projets non admissibles : les projets de solidarité internationale, de nature individuelle ou unilatérale, comme les tournées de spectacles ou les séjours linguistiques.

Pour obtenir un soutien financier du ministère des Relations internationales et de la Francophonie, les projets doivent être présentés par des citoyens canadiens ou des résidents permanents du Canada vivant au Québec

Pour être admissible, le demandeur doit :

  • être une personne morale dont le siège social est établi au Québec et légalement constitué et enregistré et ne pas être en défaut en vertu des lois qui le régissent;
  • être un établissement d’enseignement, une coopérative, un organisme culturel, un centre de recherche, d’innovation et de transfert technologique, une entreprise, un centre hospitalier ou une organisation.

La subvention totale du gouvernement du Québec pour un projet retenu ne pourra excéder 6 000 $ CA pour un projet d’un an ou 12 000 $ CA pour un projet de deux ans.

Le gouvernement du Québec accordera un appui financier au partenaire québécois du projet exclusivement.

Les organisations dont les projets auront été sélectionnés s’engagent à produire des rapports annuels sur le projet financé en faisant notamment état des retombées escomptées et d’un portrait financier.

Pour la demande d’aide financière du partenaire québécois, les dépenses admissibles sont les suivantes :

  • frais pour l’organisation de webinaires, l’enregistrement, la traduction ou la diffusion de capsules vidéo ou de cours en ligne, jusqu’à concurrence de 3 000 $;
  • frais de transport international, hébergement et frais de séjour, jusqu’à 2 000 $ par mission, par personne (montant forfaitaire);
  • frais pour l’organisation d’événements (locaux, équipements ou matériel), jusqu’à concurrence de 3 000 $;
  • frais de promotion, de publications, de traduction ou de communications, jusqu’à concurrence de 2 000 $;
  • frais pour l’inscription à un colloque ou à un événement, jusqu’à un maximum de 500 $.

Pour la demande d’aide financière du partenaire québécois, les dépenses non admissibles sont les suivantes :

  • dépenses effectuées avant que le soutien n’ait été officiellement annoncé
  • toute dépense relative au financement courant d’un organisme et à la rémunération de son personnel
  • toute dépense ayant déjà fait l’objet d’une aide provenant d’un autre programme gouvernemental portant sur la même dépense
  • frais de voyage en première classe ou en classe affaires et les frais de bagages excédentaires

Le projet doit pouvoir disposer d’autres sources de financement complétant les postes budgétaires non couverts par l’actuel appel à projets. Une attention particulière sera portée à la diversité des sources de financement ainsi qu’à la justification du montant demandé lors de l’évaluation des projets.

Les projets soumis seront évalués selon ces critères :

  • pertinence du projet : objectifs, contexte, enjeux
  • apport spécifique (technologies, expertise scientifique) des partenaires
  • complémentarité du partenariat
  • clarté et réalisme du plan de travail (calendrier de réalisation)
  • justification de la demande d’aide financière et diversité des sources de financement
  • résultats attendus sur les plans scientifique, technologique, économique, culturel ou social
  • retombées prévisibles du projet pour le secteur visé, pour le Québec et pour la Flandre
  • valorisation et visibilité possible des résultats
  • pérennité potentielle du partenariat, des projets ou de leurs retombées
  • potentiel du partenariat à s’inscrire dans un programme de financement européen ou international ou dans un réseau international
  • nouveauté de la collaboration pour la coopération Québec-Flandre
  • caractère écoresponsable du projet

Les projets seront également évalués selon leur caractère particulièrement innovant, structurant et en lien avec l’avenir et le développement de nos sociétés. En matière scientifique, la perspective d’une valorisation économique de la recherche sera privilégiée, tout comme les projets de recherche d’envergure et structurants permettant aux partenaires d’un projet de s’insérer à l’intérieur de grands réseaux internationaux. Enfin, les projets favorisant le développement durable de chaque société seront privilégiés, en tenant compte de leurs facteurs culturels, sociaux, économiques, environnementaux ou territoriaux.

Note : Le processus d’évaluation des projets est coordonné par le MRIF en étroite collaboration avec la Délégation générale du Québec à Bruxelles et les ministères sectoriels québécois concernés. Les renseignements soumis dans le cadre du présent appel à projets pourraient donc être communiqués à ces ministères. Le MRIF conserve cependant la responsabilité de la sélection définitive des projets et de la détermination des sommes qui leur seront accordées.

Dépôt des dossiers

IMPORTANT : Veuillez enregistrer le formulaire sur votre ordinateur avant de le remplir avec Adobe Reader (version 8.0 ou plus). Ne pas remplir le formulaire dans un navigateur Web. Ne pas modifier le PDF dans aucune circonstance.

Pour vous aider à bien remplir le formulaire, veuillez consulter le guide mis à votre disposition.

PARTENAIRE QUÉBÉCOIS

Les dossiers de demande de financement doivent être composés des documents suivants :

  • formulaire de demande de financement
  • fiche synthèse
  • curriculum vitæ de la coordonnatrice ou du coordonnateur québécois (pour les projets en économie, recherche et innovation uniquement)
  • résolution sur la demande et le mandataire (au besoin)
  • tout autre document utile

Les dossiers doivent être transmis par courriel à cooperation-quebec-flandre@mri.gouv.qc.ca au plus tard le 11 janvier 2021, à 23 h 59 (heure du Québec).

Tout dossier soumis après cette date ne sera pas considéré.

Pour toute question relative au dépôt du dossier de demande de financement ou au processus de sélection, veuillez écrire à l’adresse suivante : cooperation-quebec-flandre@mri.gouv.qc.ca.

Les informations et les formulaires pour les partenaires flamands se trouvent sur ce site Web

Appels à projets antérieurs

La XVe Commission mixte permanente de coopération Québec-Flandre s’est tenue le 4 octobre 2017 à Québec. Cette rencontre a été l’occasion d’officialiser la sélection de dix projets qui recevront le soutien financier du ministère des Relations internationales et de la Francophonie et de deux autres projets qui recevront du financement de la part du ministère de la Culture et des Communications.

 
 
 
 

Le 22 décembre 2015 s’est tenue, en visioconférence, la XIVe Commission mixte permanente de coopération Québec-Flandre. Treize nouveaux projets ont été retenus pour financement par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF).

Parmi ceux-ci, mentionnons un projet d’étude comparative afin d’évaluer les bonnes pratiques en matière de prévention de la radicalisation, un projet de recherche sur le rôle que jouent les États fédérés sur la scène internationale dans le domaine des changements climatiques et un échange de résidences d’écriture.

 

 

En savoir plus sur les relations Québec-Flandre.

Dernière mise à jour : 2020-10-23 15:01:31